Economie, Politique

Le 11ème plan de développement soumis au Parlement

À la suite de l’approbation du Président Recep Tayyip Erdoğan, le 11ème plan de développement pour la période de 2019-2023 a été soumis au Parlement lundi. C’est le premier plan de développement sous le nouveau système de gouvernement présidentiel en Turquie.

Élaboré avec la participation des ministères, des institutions publiques et de la société civile, ce plan de développement définit les objectifs pour 2023. Un sondage public a été également préparé afin de demander à la population ses priorités en matière de développement, environ 19 000 citoyens y ont participé.

Une Turquie qui produit plus de valeur, plus d’équité

Ce plan a pour objectif de répondre aux attentes fondamentales de la nation, d’augmenter la prospérité de la population et de faire briller la Turquie à l’international. « Une Turquie qui produit plus de valeur, plus d’équité, une Turquie plus puissante et prospère » est l’objectif principal de ce plan d’action.

Le plan vise à accroître la compétitivité et l’efficacité économique dans tous les domaines. En effet, il prévoit un produit intérieur brut de 1 080 milliards de dollars et un revenu par tête de 12 484 dollars en 2023. Un volume d’exportations de 226,6 milliards de dollars et un volume des importations de 293,5 milliards de dollars sont également visés par ce plan.

Avec les mesures mises en œuvre, le taux de chômage devrait baisser de 9,9 % d’ici 2023 en créant 4,3 millions de postes additionnels.

Le gouvernement prévoit une croissance économique annuelle de 4,3 % en moyenne entre 2019 et 2023

L’agriculture, le tourisme et l’industrie de la défense ont été identifiés comme des domaines de développement prioritaires.

Le 11ème plan de développement projette une hausse des profits touristiques s’élevant à 65 milliards de dollars en 2023 avec l’objectif d’attirer plus de 75 millions de touristes étrangers.

Ainsi, il est prévu qu’avec la hausse des exportations et des recettes touristiques, le déficit du compte courant atteindra 0,9 % du PIB.

Le déficit budgétaire est prévu de se stabiliser à 2 % du PIB jusqu’en 2023. Selon le plan de développement, les dépenses publiques, qui représentaient 10,7 % du PIB en 2018, atteindront progressivement 9,6 % du revenu national d’ici quatre ans.

L’industrie : axe central de la croissance

Le plan prévoit que le secteur industriel atteigne une croissance de 5,7 % et que la part de l’industrie dans le PIB s’élève à 24,2 % dans les cinq années à suivre. L’investissement brut en capital fixe devrait augmenter en moyenne de 5,3 % et la part des investissements en capital du secteur privé devrait représenter 26,8 % du PIB d’ici 2023.

Le plan comporte cinq axes principaux

Le plan de développement se concentre sur cinq axes principaux : « une production compétitive et efficace », « une économie stable et forte », « des personnes qualifiées et une société forte », « des villes vivables et un environnement durable » et « l’État de droit, la démocratisation et la bonne gouvernance ».

Dans le cadre de l’axe environnemental, des politiques en matière de protection de l’environnement, l’amélioration de la qualité de vie dans les zones rurales et la réduction des disparités entre les régions sont proposées.

Sous l’axe « État de droit », le plan souligne le renforcement de la transparence et de la responsabilité à tous les niveaux de l’administration publique.

Les gouvernements turcs préparent des plans de développement quinquennaux depuis le début des années 1960.

Eda Özdemir

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *