International

Les 150 ans du Canada se fêtent aussi en Turquie

Le 1er juillet est certes la fête nationale canadienne, mais, cette année, cette date marque aussi les 150 ans de la Confédération. Pour fêter cet évènement, le Consulat canadien à Istanbul a organisé une soirée à laquelle a participé l’équipe d’Aujourd’hui la Turquie dans une ambiance festive où le Canada était à l’honneur. Si le 1er juillet est la fête nationale du Canada, c’est tout bonnement, car cette date marque la naissance de la Confédération, il y a 150 ans. En effet, en 1867, le Canada a obtenu son indépendance. Afin de fêter dignement cet événement historique, le gouvernement a tout mis en place pour célébrer, au Canada comme à l’étranger, ce qui fait du Canada un pays unique et inspirant. 

Istanbul se pare des couleurs canadiennes

C’est au musée Koç, dans la Corne d’Or, que se tenait cette année l’événement à ne pas manquer. En présence de l’Ambassadeur du Canada, S.E Chris Cooter, et du Consul général du Canada, Ulric Shannon, la communauté canadienne en Turquie ainsi que de nombreux autres invités ont célébré les 150 ans du Canada.

Après des remerciements aux trois commanditaires de l’événement, le Consul général a prononcé quelques mots en anglais et en turc afin de saluer ce grand jour pour le pays : « Aujourd’hui, le Canada fête un événement important : les 150 ans de la Confédération ».Une date qui, comme le souligne le Consul, est l’occasion de mettre en avant «  le riche héritage et la diversité culturelle qui fait du Canada un si beau pays, mais aussi l’opportunité d’évoquer d’autres valeurs. À une période où la peur et l’isolationnisme semblent grandir dans le monde, le Canada est engagé à promouvoir le pluralisme, l’inclusion et le respect dans la diversité, à protéger les droits humains, à promouvoir l’égalité et à soutenir les institutions internationales ainsi que les sociétés démocratiques ».Ce dernier n’a pas manqué de rappeler avec des mots très justes que « la diversité est un fait, mais que l’inclusion est un choix », avant de souligner les « nombreux bénéfices que la diversité peut apporter », que ce soit la paix ou encore la prospérité.

Puis, l’Ambassadeur du Canada a commencé son discours sur une note d’humour en comparant le splendide temps d’Istanbul à celui d’Ottawa où les cérémonies officielles se sont déroulées sous la pluie. Sur un ton plus sérieux, l’Ambassadeur a souligné qu’aujourd’hui « nous célébrons ce qu’est le Canada, ses valeurs et ce que nous avons accompli », avant de rappeler que le « gouvernement (canadien) a oeuvré pour propager sa vision qui fait la promotion du pluralisme, de la diversité et les valeurs démocratiques qui soutiennent la liberté, les droits de l’Homme, particulièrement pour les filles et les femmes. Mais il essaye aussi à soutenir les plus vulnérables à travers le monde et notamment les réfugiés que nous avons accueillis au Canada ».
S.E Chris Cooter a conclu ses propos avec quelques mots sur la Turquie et les relations entre Ankara et Ottawa qui doivent continuer dans le sens d’une coopération plus approfondie.

Un anniversaire sous le thème de la diversité et de l’ouverture au monde

Un discours qui fait écho à celui de son Premier ministre, Justin Trudeau, qui a fait honneur à cette image progressiste qu’on lui a attribuée. C’est sur la colline parlementaire, à Ottawa, que ce dernier a prononcé un discours sur le thème des enjeux entourant les Premières Nations, mais aussi de l’ouverture au monde et de la diversité.

Rappelant que le Canada ne doit pas oublier le passé et effectuer un devoir de réparation, le Premier ministre canadien a stipulé : « Lorsqu’on revient sur notre histoire, on constate que notre passé est loin d’être parfait. Si beaucoup d’entre nous célèbrent le 150e du Canada, ce n’est pas le cas de tout le monde (…) Pendant des siècles, les peuples autochtones ont été victimes d’oppression, à partir du moment où les premiers explorateurs se félicitaient de découvrir un Nouveau Monde. Et en tant que société, nous devons donc reconnaître les erreurs du passé, accepter nos responsabilités, et faire en sorte que chaque Canadien ait un avenir prometteur », faisant ainsi écho aux critiques des militants autochtones présents à la cérémonie et que le Premier ministre avait rencontrés un peu plus tôt.

Si les célébrations du 150e anniversaire de la Confédération ont débuté dès le 1er janvier, celles-ci ont pris une tout autre ampleur en ce début de juillet partout au Canada. Malgré les critiques de certains, les polémiques – notamment d’ordres politiques concernant la question des autochtones -, des mesures de sécurité drastiques et la pluie qui s’est abattue sur les dix provinces et trois territoires du pays, force est de constater que l’événement a réuni les Canadiens.

À titre d’exemple, des personnes venues des quatre coins du pays se sont rendues avec enthousiasme à Ottawa pour les festivités, certains n’hésitant pas à faire des milliers de kilomètres en avion ou en voiture.

Toute la journée, des concerts, des spectacles de diverses natures ainsi que des défilés et des feux d’artifice ont été organisés à travers le pays.

À Québec, on ne savait plus où donner de la tête. Non seulement comme chaque année les Québécois déménagent le 1er juillet dans un branle-bas le combat sans précédent, mais de nombreuses activités étaient aussi organisées, notamment un spectacle avec en vedette Metric, Billy Talent, le chanteur Alex Nevsky et le duo 2Frères. Dans la province francophone, Montréal n’est bien sûr pas resté en marge des festivités puisqu’un spectacle s’est tenu dans le vieux port avant qu’un feu d’artifice grandiose ne soit lancé alors que le pont Jacques-Cartier était illuminé aux couleurs du Canada.

À Ottawa, le prince Charles et sa femme, Camilla, étaient présents aux cérémonies officielles, tout comme le chanteur Bono et The Edge qui, après les discours officiels, ont donné un concert devant des milliers de personnes avec Walk off the earth, Laurence Nerbonne et Marie-Mai.

Quant au prince de Galles – élevé au rand de compagnon extraordinaire de l’Ordre du Canada plus tôt dans la journée -, celui-ci n’a pas manqué de profiter de l’occasion pour affirmer que le Canada était considéré sur la scène internationale comme un exemple, notamment en matière de respect des droits de l’Homme, du maintien de la paix, de la diversité et de l’inclusion. Le prince Charles a aussi adressé un message tourné vers l’avenir : « Aujourd’hui, 150 ans plus tard, nous avons, à nouveau, cette possibilité d’imaginer le chemin à emprunter dans les prochaines années ainsi que les actions à prendre pour forger l’avenir ».

Certes, l’immense canard jaune en plastique dans le port de Montréal et une série télévisée historique – The Story of Us » (Notre histoire) – ont engendré des polémiques et le Canada a encore du chemin à faire notamment quant à la question des Premières Nations. Il n’en reste pas moins que ce que nous devons retenir c’est cette image d’un Canada uni et fier, à l’image de cette photo, prise dans le centre-ville de Winnipeg, qui a fait le tour du monde grâce aux réseaux sociaux : une feuille d’érable vivante créée par des milliers de personnes qui, malgré leurs différences, étaient réunis et ont partagé un moment d’émotions.

Car, comme l’a si bien souligné Justin Trudeau : « Le Canada est un pays devenu fort non pas en dépit de ses différences, mais grâce à elles ».

Camille Saulas

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *