Culture, Découverte, Société, Tourisme

1800 ans de mystère : les canaux d’eau du sud-est de la Turquie

Sur la liste temporaire du patrimoine culturel mondial de l’UNESCO est inscrit le site des canaux d’eau du château de Zerzevan. Il y a 1800 ans qu’ils ont été construits dans le district de Çınar de la province de Diyarbakır, au sud-est de la Turquie. Ils sont échafaudés de manière si complexe qu’ils restent un mystère.

En raison de son emplacement, à 13 kilomètres du centre de Çınar, dans le quartier de Demirölçek, le château de Zerzevan est situé sur une colline rocheuse de 124 mètres de haut sur une ancienne route, un point stratégique entre Amida, Diyarbakır et Dara, près de Mardin. Il dominait jadis toute la vallée et accueillait une garnison romaine considérable et fut le théâtre d’importants affrontements entre les Romains et les Sassanides.

Le château de Zerzevan s’étend sur six hectares et était protégé par des murs de 15 mètres de haut et de 1 200 mètres de long. À l’intérieur, une tour de guet, une église de 21 mètres de haut, des canaux d’eau de 8,5 kilomètres de long et 54 citernes.

Au fil des années, des dizaines de milliers de tonnes d’eau se sont accumulées dans les citernes par la voie des canaux d’eau. D’après Aytaç Coşkun, chef du comité de fouilles du château de Zerzevan et universitaire à l’Université Dicle, l’Empire romain a utilisé les technologies de l’époque qui ont permis l’élaboration des canaux d’eau. Ceux-là ont traversé le temps sans perdre leur fonction principale : véhiculer l’eau jusqu’aux citernes. Aytaç Coşkun explique que « La citerne peut contenir quatre tonnes d’eau, mais a une profondeur d’environ 21 mètres. Environ 80 % de la citerne se trouve sous le sol, et, après davantage de fouilles, tout sera révélé ».

L’archéologue explique que nous ignorons encore comment l’eau avait été apportée jusqu’au château, la source d’eau la plus proche se trouvant à 8,5 kilomètres : « Quel type de technologie et quel type de système ont été utilisés, c’est une énigme ».

« Ce que nous savons, c’est que des pentes de plusieurs millimètres ont été utilisées. Le canal a une profondeur de 1,5 mètre à certains endroits et l’eau provenant de la source a été amenée dans le château par ces passages », ajoute-t-il.

Anaëlle Barthel

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *