Economie, Société

La 5G débarque en Turquie

L’État turc a autorisé les opérateurs à tester la nouvelle technologie de connectivité 5G cette année.

Le BTK, l’Autorité des technologies de communication et d’information, a approuvé l’offre de trois opérateurs nationaux – Turkcell, Vodafone et TTMobil – d’effectuer des essais à différentes fréquences de la 5G dans les trois plus grandes villes de Turquie, à savoir Istanbul, Izmir et la capitale Ankara.

Cahit Turhan, le ministre des Transports et des Infrastructures, a déclaré à l’Agence Anadolu que la Turquie a pour ambition d’être aux avant-postes dans la course au leadership du développement de cette technologie de connectivité internet mobile.

« Notre objectif est de passer à la 5G dès 2020 grâce à la recherche et au développement de produits », assure-t-il.

La 5G est considérée comme une technologie clé qui pourrait permettre des débits de télécommunication mobile jusqu’à mille fois plus rapides que les réseaux 3G (2010) et jusqu’à 100 fois plus rapide que l’actuelle 4G.

Le réseau 5G pourrait par exemple permettre de nouveaux usages numériques dans des domaines variés tels que la santé, l’intelligence artificielle, ou encore le travail – avec notamment un développement plus efficace du télétravail. Cette technologie serait surtout le moyen de procéder au déploiement d’objets connectés.

« Il nous faut un réseau qui soit capable d’absorber la demande de plus de 50 milliards d’objets, et ce, même s’ils ne nécessitent pas un débit énorme. Surtout, il doit être intelligent et capable de gérer des demandes aussi différentes que celles de terminaux comme les smartphones et les frigidaires connectés par exemple », expliquait Jean-Luc Beylat, président des laboratoires de recherche d’Alcatel-Lucent, au journal Le Monde en marge de la grand-messe des télécommunications, le Mobile World Congress de Barcelone en 2014.

Déjà en 2015, la Turquie devait déployer sur tout son territoire le réseau 5G sans passer par celui de la 4G. C’était un souhait du Président de la République Recep Tayyip Erdoğan : « Il n’est pas nécessaire de perdre du temps avec les technologies 4G. Nous avons plutôt besoin de passer aux technologies 5G en deux ans », avait-t-il affirmé. Il n’était pas question que la Turquie devienne un « dépotoir pour la technologie 4G ». Malheureusement pour le chef de l’État, l’objectif n’a pu être atteint et les opérateurs ont souscrit à une licence 4G à cette époque.

Les opérateurs mobiles turcs utilisent actuellement la 4.5G, technologie dix fois plus rapide que la 3G.

Mehdi Abdsalam

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *