Société

6 juin 1944 : le combat pour la libération de l’Europe commence

Photo : Robert Capa

Photo : Robert Capa

Voilà déjà 70 ans que le 6 juin 1944, à l’Ouest de l’Europe un combat gigantesque devait s’engager entre d’une part les forces occidentales coalisées regroupant

les États-Unis, le Canada, l’Australie ou encore les Français libres du Général de Gaulle qui, il faut le rappeler furent parmi les premiers à débarquer sur les côtes normandes dans la nuit du 5 au 6 juin.

Ce nouveau front qui allait s’ouvrir devait ajouter encore plus de pressions sur le Reich hitlérien. En effet après le débarquement des alliés en Sicile le 10 juillet 1943, et les revers de plus en plus importants de l’armée allemande face à l’URSS avec le désastre de la bataille de Stalingrad en février 1943 ; les armées du Reich reculent désormais partout. À partir du 6 juin 1944, sur désormais trois fronts différents les combats font rage, auxquels s’ajoutera en août 1944 le débarquement des alliés en Provence.

Le déploiement de forces dans la nuit du 5 au 6 juin 1944 est tout à fait colossal pour l’époque, avec en moins d’un mois de juin à juillet 1944 le débarquement d’une armée de plus de 1 500 000 hommes. Force internationale gigantesque qui allait déclencher la libération de l’Ouest

du continent européen.

L’opération Overlord, fut la plus grande de l’histoire, supervisée par le général américain Dwight Eisenhower, c’est une véritable armada maritime à l’assaut des côtes normandes avec 2 727 bateaux, plus de 2 500 engins de débarquement (les fameuses péniches) escortées par 590 navires de guerre, dont 23 croiseurs et 5 cuirassés. Au niveau des forces aériennes l’engagement est également phénoménal avec près de 25 000 parachutistes américains et britanniques qui ont pour tâche de tenir et capturer des têtes de pont, en libérant les accès des plages permettant ainsi aux troupes fraîchement débarquées de pénétrer à l’intérieur des terres.

Photo : Robert Capa

Photo : Robert Capa

En cette célèbre matinée du 6 juin 1944 se sont près de 200 000 combattants qui débarquent sur les côtes de Normandie, ils sont britanniques et canadiens, au nombre de 83 115, mais aussi bien sur américains : 73 000, ainsi que des Français, des Polonais, des Belges, des Tchécoslovaques, des Néerlandais des Norvégiens et bien d’autres encore. Face à eux, les attendent environ 300 000 Allemands retranchés dans ce que l’on a appelé le mur de l’Atlantique. Ils sont commandés par les maréchaux Gerd von Rundstedt et Erwin Rommel.

La bataille de Normandie durera du 6 juin au 21 août 1944, elle fera 50 000 morts du côté allemand

et 72 911 tués ou disparus pour l’ensemble des forces terrestres et aéronavales alliés. Il faut déplorer aussi près de 50 000 tués ou disparus parmi les populations civiles, la bataille de Normandie ayant été très éprouvante pour les villes et villages où l’on s’est battu parfois rue par rue, maison par maison.

Cette première conflagration à l’Ouest de l’Europe fait donc en moins de deux mois un peu moins de 200 000 morts ce qui montre bien toute la violence de ce qui sera une victoire des alliés. Les armées d’Hitler devront alors se battre sur le front de l’Est face à l’URSS et sur un front Ouest sur lequel elles reculeront jusqu’à l’hiver 1944. A cela s’ajoutera en août 1944 un autre front dans le sud de la France.

Photo : Robert Capa

Photo : Robert Capa

Le 6 juin 1944, le D Day est incontestablement un jour décisif dans la lutte contre le nazisme en Europe. Il faudra encore plus de 11 mois de guerre aux occidentaux pour mettre un terme à la Seconde Guerre Mondiale en Europe et 14 mois pour en finir définitivement avec le Japon, en août 1945.

Les cérémonies du 6 juin 2014 seront, je le crois, avant tout une excellente occasion de se souvenir de ces jeunes hommes qui ont donné leur vie pour libérer l’Europe, beaucoup n’avaient pas 20 ans, beaucoup sont morts avant d’avoir pu atteindre les plages comme à Omaha Beach.

Alors que l’Europe traverse en ce printemps 2014 une crise institutionnelle avec les résultats des dernières élections européennes, alors que des menaces contre la paix européenne pointent de nouveau leur nez comme actuellement en Ukraine au risque de ramener le spectre de la guerre dans une Europe qui connaît une de ses plus longues période de paix, nous devons méditer sur cette journée du 6 juin 1944, alors que la reconquête de la liberté commençait sur les plages de Normandie.

S’en souvenir et la commémorer c’est aussi refuser que tout cela puisse jamais recommencer un jour. Tel est le devoir de mémoire.

Dr Olivier Buirette

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *