International, Politique

71 membres de l’Etat Islamique interpellés en Turquie

Hier, le gouvernement turc a mené une large opération d’arrestations dans les milieux djihadistes. Au total, 71 personnes ont été interpellées à Istanbul, Konya, et à Kocaeli.

turquie-police-antiterroriste-m

Ilyas Akengin, AFP

Quinze jours après l’attentat le plus meurtrier de la Turquie, à Ankara, l’Etat Islamique constitue le suspect numéro 1 des autorités turques. Le gouvernement multiplie les opérations contre l’État Islamique, les arrestations de djihadistes ne cessent d’avoir lieu depuis le 10 octobre.

Hier, à cinq jours des élections législatives, ce sont 21 personnes à Istanbul, 30 à Konya dans le centre du pays, et 20 à Kocaeli, à l’est d’Istanbul, qui ont été arrêtés. Ces arrestations interviennent le lendemain de la mort de deux policiers dans la fusillade à  Diyakabir.

L’avancée de l’Etat Islamique inquiète la communauté internationale. Dans une interview accordée à CNN, l’ancien dirigeant britannique Tony Blair, avouait sa responsabilité dans la situation actuelle en Irak et en Syrie. L’ancien Premier ministre avait toujours défendu la légitimité de l’invasion de l’Irak en 2003. Dans cette interview, Tony Blair présente des excuses pour les conséquences de cette décision. Il reconnait par la suite le lien entre l’invasion de l’Irak et l’essor de l’Etat Islamique : «Bien sûr on ne peut pas dire que ceux d’entre nous qui ont renversé Saddam Hussein en 2003 n’ont pas de responsabilité dans la situation en 2015». Il poursuit : «Je présente mes excuses pour le fait que les informations que nous avons reçues étaient fausses. Je m’excuse aussi pour certaines des erreurs dans la planification et, évidemment, pour notre erreur à comprendre ce qui se passerait après le renversement du régime ».

 

Kheira Djouhri

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *