Culture, Découverte, Société

À la découverte de Sillyon

Les fouilles archéologiques de Sillyon, fondée il y a 3 000 ans et située dans le district de Serik dans la province d’Antalya, ont commencé. Regorgeant d’artefacts des civilisations hellénistique, byzantine et turco-islamique, le travail des archéologues promet des résultats prolifiques. 

Connue pour sa résistance aux tentatives de conquête d’Alexandre le Grand, l’histoire de la ville remonte à l’époque hittite.

Située sur une colline de 235 mètres surplombant la plaine d’Antalya, Sillyon compte en son sein un théâtre romain, un château, des bains, une tour et un temple, ainsi qu’un cimetière islamique et une petite mosquée. Le cimetière de 250 tombes a été enregistré comme le plus ancien cimetière islamique. 

L’existence de Sillyon est connue depuis le XVIIIe siècle, mais selon Murat Taşkıran, responsable de l’équipe de fouille composée de 30 experts, « aucun travail n’avait été effectué jusqu’à présent. »

Du fait de ses fortifications, Sillyon est connue comme « la ville qu’Alexandre le Grand n’a jamais réussi à conquérir ». « Depuis l’époque hellénistique, la ville se caractérise par son système de défense. Sillyon est l’une des rares villes qu’Alexandre le Grand n’a pas pu prendre. Il en fut de même à l’époque byzantine. Aux VIIIe et IXe siècles, tous les raids arabes ont été repoussés », explique Taşkıran, également universitaire à l’université de Pamukkale. 

Espérant en découvrir davantage sur l’histoire de la région, Murat Taşkıran a déclaré à l’Agence Demirören : « Sillyon est comme un livre fermé. C’est une ville qui répondra à toutes nos questions après les fouilles ».

Natasha Voase

1 Comment

  1. bon article, bonne continuation

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *