Automobile

A la recherche de Claudia en Opel Astra

Opel AstraJ’ai fait un drôle de rêve… Avec Claudia, pour la Saint Valentin, on s’apprêtait à passer une nuit à la belle étoile. Nous étions au milieu de nulle part. Mon Astra en panne… Claudia, qui visiblement n’était guère enjouée de prendre un peu de hauteur, s’apostropha d’un « Oh ! » et tourna les talons. Je me réveillais en sursaut ! « C’est impossible, une Astra ça ne tombe pas en panne ! » résonnait la voix de Claudia dans mon esprit. Ouf, ce n’était qu’un rêve…

Cependant, la divine avait bel et bien disparu… En effet, « c’est une Allemande », elle est parfois difficile. Je décide toutefois de partir à sa recherche et monte à bord de la nouvelle Opel Astra. Tiens, elle a oublié son téléphone ?! Relié à IntelliLink, la musique se lance et joue « Je dois m’en aller » de Niagara… Serait-ce un signe ?

Plus une minute à perdre, pas le temps de taper l’adresse dans le GPS, je démarre et j’appuie sur le bouton bleu OnStar situé au dessus de ma tête. Comme pour le petit bouton rouge lorsque l’on voyage en avion, ce dernier permet de rentrer en contact avec une hôtesse 365 jours par an, 7j/7 et 24h/24. Un service de conciergerie me permet de télécharger un itinéraire sans avoir à le taper, idéal quand on conduit. L’on peut également faire un diagnostic du véhicule, pour partir l’esprit tranquille. Ou encore, prévenir les secours en cas d’accident. Mais surtout OnStar transforme l’Opel en borne Wi-Fi vitesse 4G offrant dans quasiment toute l’Europe la capacité de prendre en charge jusqu’à 7 périphériques connectés.

Cette compacte sobre peut se transformer en véritable sportive d’une simple pression de bouton. Avec son nouveau moteur essence 1,4l Turbo, l’on peut réveiller instantanément les 150 chevaux grâce au bouton « Sport ». La conduite est d’autant plus agréable lorsqu’il s’agit de passer les six rapports de la boîte manuelle qui s’enclenchent à merveille. Cette cinquième génération d’Opel Astra se dote d’un éclairage adaptatif Matrix IntelliLux LED qui éclaire en plein phare sans éblouir les autres voitures. Il faut l’avouer cela faisait longtemps que je n’avais pas pris autant de plaisir à conduire une voiture de jour comme de nuit.

Affichant une consommation mixte de 5l/100km, roulant à travers les contrées européennes, me voilà arrivé en Slovaquie. Point d’utopie ni de chimère, ce voyage n’a pas duré des années lumières. Me voilà arrivé à Bratislava et toujours pas de trace de Claudia. C’est alors que je croise le chemin d’Adriana. Cette dernière n’était pas insensible à la couleur Rouge piment de mon Astra, qui lui rappelait très certainement son engagement auprès de la plus importante organisation humanitaire au monde : la Croix-Rouge. De surcroît, ses lignes sculpturales qui reflètent la précision allemande ont fini par convaincre la sulfureuse blonde de 1m85 qui embarqua à l’arrière.

Alors que nous admirions ce magnifique ciel étoilé, visible à travers le grand toit ouvrant, à l’écoute d’une radio slovaque : Europe 2 ; nous fumes interpellé par le titre qui passait « Mon étoile » des Linkup avec M Pokora chantant : « Je crois à mon étoile, elle est le point de départ, le matin de toutes mes histoires ». Et c’est la tête dans les étoiles que nous reprîmes notre chemin… sur la route des Astras.

Daniel Latif

1 Comment

  1. Schklar Pierre

    PSA par le passé a déjà fait appel a Claudia mais on cherche toujours !!!!!!!!!!!!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *