Art, Culture

A la suite de la biennale d’Istanbul « Saltwater »

La 14ème édition de la biennale d’Istanbul, intitulée « Saltwater », a pris fin ce 1er novembre. Pendant deux mois, les différentes créations artistiques bâties autour du thème de la mer ont tenté de plaire aux amateurs d’art comme aux curieux. Malgré cela, de nombreuses critiques ont vu le jour dans différents médias turcs. De notre côté, il est temps de dresser le bilan de cet événement d’ampleur, organisé par Carolyn Christov-Bakargiev.

Quel que soit notre avis sur la biennale, il est certain en tout cas que Carolyn Christov-Bakargiev, l’une des personnes les plus sympathiques du monde de l’art contemporain, a radicalement changé la trajectoire de cette grande exposition. Depuis la première biennale en 1987, les commissaires choisis par İKSV (la Fondation de la Culture et des Arts d’Istanbul) ont toujours choisi une approche critique face aux politiques du pays.

Mais voilà que Carolyn Christov-Bakargiev se concentre sur l’eau salée et en fait le concept général de la biennale… Elle a bien sûr dû faire face à de nombreux avis négatifs. Selon certains critiques d’art, la biennale était « creuse », sans conceptualisation. Pour d’autres, il est bien dommage que le côté politique ait été négligé. Pourtant, il nous semble que cette nouvelle édition de l’événement artistique a flotté dans l’eau salée d’une façon vraiment artistique et stimulante, sans tellement essayer de souligner les complexes d’infériorité de la Turquie, et c’est tant mieux.

Director of documenta 13 Carolyn Christov-Bakargiev smiles as the artwork 'Idee di Pietra' by Italian artist Giuseppe Pennone is inaugrated two years ahead of documenta 13  in Kassel, Germany, 21 June 2010. Documenta 13's first artwork was inaugurated two years before the start of the art festival. Photo: Uwe Zucchi

Carolyn Christov-Bakargiev

Née en 1957 dans le New Jersey, Carolyn Christov-Bakargiev a la double nationalité américaine et italienne. Elle aime affirmer que chacune de nos actions est politique, et « même quand on fait l’amour, c’est politique ». Elle ajoute cependant qu’elle ne croit pas à la politique mais à l’art, et l’on n’a aucun mal à la croire, dans la mesure où la biennale était artistiquement magnifique. Sans nécessairement afficher des messages politiques clairs, elle a su apporter sa touche de féministe et de femme de gauche aux œuvres et aux lieux d’exposition.

L’eau salée

« Saltwater : une théorie des formes de la pensée ». Le titre complet de la biennale rappelle la fréquence des vagues visibles et invisibles qui donnent forme au monde, dans un sens politique et poétique, annonce Carolyn Christov-Bakargiev. Les lieux d’exposition étant en général situés autour de la mer de Marmara, les visiteurs ont pu passer beaucoup de temps à côté de l’eau salée. La commissaire de la biennale n’a pas hésité d’ailleurs à souligner les profits de cette eau salée pour la santé.

bienal-buyukada

Au contraire, pour les nouvelles technologies, les effets de l’eau salée sont dévastateurs. Faîtes-y tomber votre téléphone ! Ainsi, si l’eau salée protège les corps organiques, elle  au contraire dangereuse pour les systèmes digitaux

Les lieux d’exposition

Cette biennale 2015 a concentré ses lieux d’exposition au nord du Bosphore surtout, et à Beyoğlu, Kadıköy, Şişli et Balat. Mais par le choix de Büyükada et de la péninsule historique d’Istanbul, Carolyn Christov-Bakargiev a surpris tout le monde.

Malheureusement, il n’était pas toujours facile de trouver ces lieux. La carte distribuée par İKSV ne proposant qu’une vue satellite de la ville, les visiteurs ont parfois eu du mal à se repérer.

Ainsi, la 14ème biennale d’Istanbul « Saltwater », qui a placé la « force transformable de l’art » à son cœur, a charmé nombre d’amateurs d’art, malgré les critiques. Aussi bien que les œuvres d’art, les lieux d’exposition ont particulièrement retenu l’attention, et beaucoup se sont réjouis de voir que ces vieux bâtiments et ces endroits oubliés pouvaient retrouver de la vigueur…

Sırma Parman

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *