International, Politique

Un accord trouvé sur les postes clés de l’UE, le Parlement européen élit son président

Élus pour cinq ans entre le 23 et le 26 mai, les 751 eurodéputés ont fait leur rentrée au Parlement européen le 2 juillet. Le lendemain, ils ont désigné leur président : David Sassoli. Il sera à la tête du Parlement européen pour les deux ans et demi à venir. Par ailleurs, un accord a été trouvé entre les chefs d’État et de gouvernements mardi 2 juillet à Bruxelles sur la nomination aux quatre plus hauts postes de l’exécutif de l’Union européenne (UE). Deux femmes devraient obtenir deux postes clés : Ursula von der Leyen et Christine Lagarde.  

Les députés européens prennent officiellement leur poste après avoir été élus fin mai. Trois jours sont réservés pour cette première session dont la session inaugurale n’a pas duré plus de quinze minutes. En effet, l’hémicycle était hier le théâtre de divisions profondes par rapport à l’avenir de l’Europe.

Une session inaugurale sous le signe de quelques agitations 

L’hymne européen a été boudé ce mercredi. Les eurodéputés britanniques pro-Brexit ont manifesté leur mécontentement en tournant le dos à l’hémicycle pendant l’hymne européen. Leurs compatriotes opposants ont quant à eux manifesté en abordant des T-shirts « Stop Brexit ». « Les députés du Brexit sont arrivés à Strasbourg pour se montrer joyeusement provocateurs », a affirmé le leader du Brexit Party Nigel Farage.

Il faut savoir que les députés britanniques devront quitter leurs postes quand le Brexit sera définitivement voté. Ils libéreront alors leurs 73 sièges et 27 eurodéputés feront leur entrée, dont cinq Espagnols. D’autres sièges seront réservés pour d’éventuels élargissements de l’UE. « J’espère être au chômage dans quatre mois, ça m’irait vraiment bien », affirme de son côté Henrik Overgaard-Nielsen, député européen du Brexit Party.

Les Catalans ont également affiché leur discorde cette fois à l’extérieur du Parlement. Plusieurs milliers d’entre eux ont tenu à exprimer leur soutien à trois eurodéputés absents ce jour-là, bloqués par Madrid. « Malheureusement, certains députés européens élus se sont vu refuser l’accès à cette Assemblée. Trois représentants du peuple catalan se sont vu refuser la représentation dans cette Assemblée. Cette Chambre doit défendre la démocratie et les droits de la personne », s’est insurgé Matt Carthy, eurodéputé irlandais du Sinn Féin.

Le Parlement a un nouveau président 

Aujourd’hui, retour des parlementaires à l’hémicycle pour une session plénière constitutive pour élire la nouvelle présidence du Parlement européen.

La bataille était rude entre deux concurrents : l’Italien David Sassoli pour le groupe socialiste et l’Allemande Ska Keller pour le groupe des Verts. C’est finalement l’Italien qui a remporté le poste de président.

Favori au poste, c’est sans surprise que cet élu du Parti démocrate depuis 2009 au Parlement européen devient président, devenant ainsi l’un des cinq nouveaux dirigeants de l’UE. Il a été élu avec 345 voix au deuxième tour du scrutin. Son mandat durera deux ans et demi.

La semaine prochaine, d’autres postes vont être distribués. Les Verts français sont fortement pressentis à la tête de la commission des transports et la République en marche à celle de l’environnement. Quant à Nathalie Loiseau, ancienne tête de liste de LRM, elle viserait la présidence de la sous-commission de la défense.

Postes-clés de l’UE : la parité privilégiée

Avec l’approbation du Parlement européen, Ursula von der Leyen sera la nouvelle présidente de la Commission européenne. Son nom a été proposé par Emmanuel Macron. Il y aura un vote définitif lors de la prochaine session plénière du Parlement à Strasbourg, mi-juillet. Cependant, de nombreux eurodéputés ont mal accueilli le nom de l’ancienne ministre de famille en Allemagne. En effet, ce choix va à l’encontre du processus de Spitzenkandidaten qui prévoit, depuis les élections européennes de 2014, que le candidat en tête de liste du parti arrivé premier aux élections accède à la présidence de la Commission européenne.

Les dirigeants européens ont choisi Christine Lagarde comme nouvelle présidente de la Banque centrale européenne. Un poste clé qui est donné pour la première fois à une femme. Elle est considérée comme le meilleur choix de par son expérience en tant que directrice générale du Fonds monétaire international (FMI).

Au 1er décembre, Charles Michel, actuel Premier ministre belge, prendra la tête du Conseil européen et le chef de la diplomatie européenne sera Joseph Borrell, ancien président du Parlement européen.

Ces deux hommes et deux femmes représenteront l’Europe une fois que leurs nominations seront confirmées par le nouveau Parlement européen.

Eda Özdemir

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *