Société

Adana : les gérants d’un club échangiste risquent jusqu’à 177 ans de prison

29 personnes, suspectées de gérer des clubs échangistes dans la province d’Adana et impliqués dans des affaires de proxénétisme, ont été poursuivies en justice et encourent jusqu’à 177 ans d’emprisonnement.

adana

En mai dernier, la police turque a arrêté plus de 53 personnes impliquées dans des affaires de prostitution ou de proxénétisme. Des raids ont ensuite été effectués dans 25 adresses réparties dans cinq provinces différentes du sud et du sud-est de la Turquie. Les gérants de clubs échangistes de la province d’Adana sont suspectés d’y avoir fait entrer des prostituées.

Sur les 53 personnes interrogées, 29 ont été poursuivies en justice, 15 ont été placées en état d’arrestation et les 9 personnes restantes ont été relaxées par la police en attente d’un procès.

Selon l’agence de presse Doğan, les suspects risquent jusqu’à 177 ans d’emprisonnement pour « prostitution », « trafic d’êtres humains », et « obscénité ».

Selon la même agence de presse, les instigateurs à l’origine de ce scandale seraient un couple, un étudiant de 25 ans et sa petite amie qui organisaient initialement des soirées d’échanges de conjoints gratuitement, par l’intermédiaire des réseaux sociaux.

Le couple aurait loué une villa pour y accueillir ses clients dans les provinces voisines de Mersin, Kayseri, Osmaniye et Şanlıurfa. Les soirées étaient facturées 1000 livres turques (approximativement 330 euros) et le couple n’acceptait pas de clients originaires de la ville d’Adana, pour des raisons de sécurité.

Les suspects incluent une femme mariée, qui dit avoir accepté de se prostituer, avec l’accord de son mari, pour venir en aide à son père dans le besoin.

Sophie de Tapia

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *