International, Société

Affaire Barbarin : fin de l’histoire ?

Après plus de six mois de feuilleton judiciaire et médiatique, le parquet de Lyon vient de relaxer le cardinal Philippe Barbarin, accusé d’avoir dissimulé des faits de pédophilie au sein de son diocèse.Philippe_Barbarin_(cropped)

Le cardinal Barbarin a-t-il manqué à son devoir et caché des affaires mettant en cause des prêtres pour abus sexuels ? Le débat, difficile à démêler, n’a pas été tranché. La relaxe d’une des figures les plus connues de l’Église française repose en réalité sur la prescription des faits, le délai concernant la non-dénonciation étant de trois ans.

Les déclarations successives de Philippe Barbarin ont encore ajouté à la confusion chronologique. Il a d’abord affirmé avoir eu connaissance de ces affaires seulement en 2014, puis il a révélé avoir été informé autour de 2007-2008… Finalement, le parquet reste flou en jugeant que le cardinal a été mis au courant entre 2005 et 2010, la prescription étant donc en vigueur dans tous les cas.

Une montée en puissance médiatisée

Le point de départ remonte au 27 janvier 2016 : le père Bernard Preynat, de la paroisse de Sainte-Foy-lès-Lyon, est mis en examen pour des faits d’agressions sexuelles sur mineurs, plus de deux décennies auparavant. Loin d’être la première de ce genre, l’affaire va pourtant prendre une ampleur rare. D’abord, du fait de l’action militante de l’association La Parole Libérée fondée par des victimes d’abus sexuels de la part du père Preynat. Celle-ci a largement participé à briser le silence autour de nombreux cas similaires. L’affaire se resserre ensuite progressivement autour de la figure du cardinal Barbarin, archevêque de Lyon, très connu et respecté de beaucoup de croyants. Sa mise en cause marque un tournant dans l’affaire : tout autant que les faits mêmes de pédophilie, c’est désormais le silence coupable autour de ceux-ci qui est dénoncé.

Par un hasard du calendrier, le temps de l’affaire a également correspondu avec la sortie du film Spotlight, de Tom McCarthy, le 27 janvier. Celui-ci raconte l’enquête menée par les journalistes du Boston Globe en 2001, qui a révélé un vaste scandale de pédophilie dans la ville du Massachusetts, et par la suite fait boule de neige en déclenchant des révélations de ce type partout dans le monde. Le succès de Spotlight – Oscars du meilleur film et du meilleur scénario original en 2016 – témoigne de l’intérêt mondial pour ces affaires et pour la nécessité de les dévoiler.

Affaire classée ?

L’affaire Barbarin a pourtant polarisé l’opinion publique en France et les tensions restent très présentes, y compris au sein même de la communauté catholique qui souffre, à en croire certains de ses membres, d’une association trop rapide dans les esprits entre Église et pédophilie. On crie à la vengeance des milieux laïcards qui auraient profité de l’affaire pour régler des comptes avec une figure bien connue auparavant : le cardinal Barbarin, qui s’est illustré dans la lutte anti-avortement ou encore à la Manif pour tous.

Sur les réseaux sociaux, des groupes de soutien à l’ecclésiastique ont été créés, dénonçant le « lynchage médiatico-judiciaire insupportable » dont il serait victime, comme on peut lire sur l’une d’elles.

Bertrand Virieux, cofondateur de l’association La Parole libérée et victime du père Preynat, dénonce pour sa part une forte préoccupation du qu’en-dira-t-on chez une partie des croyants, qui souhaiterait avant tout ne pas attirer l’attention.

Si Philippe Barbarin est sauvé sur le plan pénal, il ne s’agit plus seulement de faire retomber la tension jusqu’à la prochaine affaire. Au sein même de l’Église, la conférence des évêques du 4 avril 2016 s’est penchée sur la question et a pris des mesures de lutte contre le silence qui entoure bien trop souvent ce genre de crimes. Les victimes de La Parole libérée, quant à elles, suspendent pour le moment leur décision de continuer ou non les procédures judiciaires à l’encontre du cardinal, bien que le verdict soit douloureux pour beaucoup.

Zoé Lastennet 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *