International

Afghanistan : attentat à la voiture piégée à Kaboul

La capitale afghane s’est de nouveau réveillée dans la peur ce matin. Un attentat à la voiture piégée s’est déroulé dans la nuit à l’encontre d’un hôtel de Kaboul. Revendiquée par les talibans, l’attaque a engendré une vaste opération des forces spéciales durant laquelle un policier a été tué. af

À 1h 30 du matin, dans la nuit de dimanche à lundi, une violente déflagration s’est fait entendre. Dans une attaque spectaculaire, un camion chargé d’explosifs s’est lancé à pleine vitesse contre le mur d’enceinte de l’hôtel Northgate qui héberge de nombreux étrangers, civils, mais aussi militaires.

Malgré la sécurité de l’établissement, l’hôtel Northgate étant protégé par de hauts murs et appliquant des règles sécuritaires très strictes, le commando constitué de deux hommes lourdement armés a réussi à pénétrer dans l’enceinte de l’établissement où les kamikazes s’y sont retranchés plusieurs heures.

Vaste opération policière

Les forces spéciales afghanes ont vite réagi. Un périmètre de sécurité a été établi autour de l’hôtel. Puis, après sept heures de siège, les forces de sécurité ont lancé l’assaut et ont réussi à tuer les deux terroristes dans cette « opération de nettoyage » qui s’est terminée un peu avant 8 heures du matin.

Malheureusement, un policier afghan a péri lors de l’opération tandis que trois autres ont été blessés selon le chef de la police de la capitale, Abdul Rahman Rahimi, qui a affirmé que : « Les opérations sont terminées, sans autre victime à déplorer à l’intérieur ou à l’extérieur de l’hôtel ».

Revendication des talibans

L’attentat a été revendiqué par les talibans peu de temps après le début de l’attaque. Faisant craindre de nombreuses pertes, le porte-parole du groupe terroriste, Zabihullah Mujahid, a stipulé par communiqué « qu’une centaine d’envahisseurs américains » avaient péri.

Le choix de cette cible n’est pas un hasard. L’hôtel accueille des civils ainsi que des militaires travaillant sous l’égide de l’OTAN dans le cadre de l’opération Resolute Support. Ainsi, cet établissement a déjà été la cible d’un attentat similaire en 2013 où cinq kamikazes avaient tué neuf personnes.

Un contexte sécuritaire alarmant

Cette nouvelle attaque s’inscrit dans un contexte sécuritaire qui ne cesse de se dégrader dans le pays.

Durant le mois du ramadan, le pays a été touché à deux reprises par des attaques sanglantes revendiquées par les talibans. Le 20 juin d’abord, quatorze membres de sécurité népalais, employés par des ambassades occidentales, ont perdu la vie dans un triple attentat. Puis, le 30 juin, un double attentat suicide a entrainé la mort de jeunes diplômés des forces de police du pays.

Lire aussi : http://aujourdhuilaturquie.com/fr/nouveaux-attentats-meurtriers-en-afghanistan/

Le dernier attentat remonte seulement au 23 juillet. Visant la minorité chiite du pays qui manifestait paisiblement, l’attaque perpétrée par plusieurs kamikazes avait entrainé la mort de 80 personnes et fait 231 blessés. Revendiquée par Daech, cette attaque est la première du groupe terroriste d’une telle ampleur.

Lire aussi : http://aujourdhuilaturquie.com/fr/lafghanistan-frappe-par-un-nouvel-attentat-lors-dune-manifestation-pacifique/

Selon l’ONU, le premier semestre de 2016 détient un triste record du nombre de tués et de blessés dans le pays avec un nombre de victimes s’élevant à 1.601 personnes et pas moins de 3.565 blessés.

Tout laisse à présager que le cercle vicieux de ces violences n’est pas près de s’arrêter, laissant craindre le pire pour l’avenir du pays alors que les forces de l’OTAN se retirent peu à peu d’Afghanistan.

Camille Saulas.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *