Politique

Ahmet Davutoğlu fera « tout pour obtenir une coalition »

Les déclarations du Premier ministre Ahmet Davutoğlu à l’occasion d’une interview télévisée constituent le dernier épisode en date du feuilleton turc de l’été ayant pour vedette la formation du prochain gouvernement.

davutoglu

« Nous ferons tout pour obtenir une coalition », a assuré le Premier ministre Ahmet Davutoğlu lors d’une interview télévisée, le 17 juin, sur les chaînes Habertürk et Show TV. Il a renchéri en déclarant qu’aucun parti n’était exclu dans les négociations pour la formation du nouveau gouvernement. Le natif de Konya s’est dit ouvert à des discussions avec le Parti démocratique des peuples (HDP), qu’il accuse souvent d’être un acteur provocateur. « Par convention, comme signe de respect, je ne dis jamais que je ne négocie pas avec un parti politique qui a récolté 13% des voix », a-t-il également ajouté en référence au HDP.

Le chef du Parti pour la justice et le développement (AKP), qui a perdu la majorité parlementaire lors des élections du 7 juin, a par ailleurs souligné qu’il était préférable d’avoir un gouvernement de coalition fort plutôt que d’être à la tête d’un gouvernement minoritaire, assimilant le processus de négociation à celui d’une création d’entreprise. Autrement, à ses yeux, il s’agirait de former une coalition « forte » et avec un « honnête partenaire ».

De son côté, le co-président du HDP, Selahattin Demirtaş a annoncé ce 18 juin que son parti était prêt à apporter un soutien extérieur à une grande coalition entre l’AKP et le CHP (Parti républicain du peuple), à la condition que cette coalition adhère aux principes du HDP. « Jusqu’à présent, nous n’avons pas eu de réunions officielles ou officieuses en vue de négociations. [Mais] nous laissons la porte ouverte à tous les autres partis », a-t-il précisé alors que le flou quant à l’issue de ce jeu politique persiste.

En attendant, d’autres acteurs tentent de peser dans les discussions. A Ankara, des représentants de l’influente TÜSIAD (Association des Industriels et des hommes d’affaires turcs) se sont entretenus le 16 juin durant deux jours avec des responsables des quatre principaux partis politiques (AKP, CHP, MHP (Parti d’action nationaliste) et le HDP) au sujet des possibles options de coalition. La puissante organisation patronale a appelé les partis à adopter une approche conciliante pour permettre la formation urgente d’un gouvernement.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *