Economie, International

Air France : le choc après la violence des manifestants

Hier, après l’annonce d’un plan de restructuration, une centaine de personnes ont interrompu le comité central d’entreprise prenant à partie les dirigeants de la compagnie.

Xavier Broseta

Xavier Broseta, DRH d’Air France, ce lundi 5 octobre. Photo de Kenzo Tribouillard pour l’AFP.

Les images sont fortes : Xavier Broseta, directeur des Ressources Humaines (DRH) d’Air France, escaladant un grillage torse nu, cravate autour du cou, tentant d’échapper aux manifestants. Un peu plus loin, la même scène de violence : Pierre Plissonnier, DRH du hub de Roissy, chemise arrachée, lui aussi pris à partie par les manifestants.

Ces images d’une rare violence ont été filmées hier. Alors que la compagnie aérienne avait annoncé un nouveau plan de restructuration mettant en péril 2 900 emplois, les salariés d’Air France ont organisé une manifestation.

Une heure après le début de la réunion du comité central d’entreprise (CCE), des centaines de manifestants s’amassaient à l’extérieur du siège, réclamant la démission d’Alexandre de Juniac, président-directeur général (PDG) d’Air France-KLM et de Frédéric Gagey, PDG d’Air France. Peu à peu, c’est l’ensemble du bâtiment qui est envahi  de manifestants scandant : « A poil, à poil, démission, démission… » Xavier Broseta et Pierre Plissonnier restent prisonniers. Au total, plusieurs employés de sécurité ont été blessés.

Après le choc, c’est le sentiment de honte et de révolte qui domine. La direction d’Air France a décidé de porter plainte pour violences aggravées. Lors d’une conférence de presse, Frédéric Gagey a déclaré : « Ces actes sont en contradiction totale avec les valeurs d’Air France, avec les valeurs de dialogue social de la compagnie. Ce n’est en aucun cas le vrai visage d’Air France. »

Xavier Brosta, encore sous le choc, a tenu à prendre la parole : « Je suis choqué et déçu. Mais je ne veux pas que l’opprobre soit lancé sur les salariés et les représentants des syndicats d’Air France. Je souhaite qu’Air France reprenne le chemin de la croissance durable. La violence et l’intimidation n’entameront pas cette détermination. »

Manuel Valls s’est également exprimé sur les évènements, se disant « scandalisé par les violences inacceptables auxquelles se sont livrés des manifestants en marge du CCE d’Air France ». Il a tenu à faire part de son « soutien » à la direction de la compagnie aérienne, Frédéric Gagey et Xavier Broseta. « La situation de l’entreprise et difficile, mais rien ne justifiera jamais de tels débordements. »

Kheira Djouhri

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *