Culture, International, Société, Tourisme

Albanie : Des sites ottomans restaurés par l’agence TİKA

Le 3 mars, l’Agence de presse Anadolu a rapporté que l’agence turque de coopération et de coordination (TİKA) a commencé les travaux de restauration de cinq sites de la période ottomane situés en Albanie.

Mosquée Et’hem Bey, Albanie

Dès la fin du XVe siècle, et malgré la résistance du héros national Skanderberg, les principautés albanaises chrétiennes ont été intégrées à l’Empire ottoman, avant que la totalité du pays soit annexée officiellement en 1506. L’Albanie n’accèdera à l’indépendance que lors des guerres balkaniques, en 1912.

À la lumière de l’histoire, l’héritage culturel ottoman en Albanie est donc important. Ainsi, la TİKA opère en Albanie depuis 1996 et a mis en branle plus de 300 projets d’assistance technique ainsi que des projets économiques afin de soutenir le développement du pays.

Selon le communiqué publié par le bureau de la TİKA de Tirana (la capitale albanaise) le 3 mars dernier, l’agence turque continue de fournir une assistance technique et de mettre sur pied des projets concernant les biens historiques et culturels communs aux deux pays afin de les protéger et de les transmettre aux générations futures.

Cinq nouveaux projets ont ainsi été dévoilés en ce début du mois de mars. Le premier concerne la mosquée Et’hem Bey qui se trouve dans la capitale albanaise. Construite entre 1794 et 1821, son architecture est caractéristique de l‘époque ottomane – notamment avec son minaret effilé – et est classée « monument culturel ».

Les autres projets de restauration concernent les mosquées Ergiri Pazar, Berat Hunkar, Halveti Tekkesi et Berat Bekarlar. Selon le communiqué, les restaurations devraient être achevées dans deux ans.

L’Agence Anadolu rapporte par ailleurs que la TİKA a récemment achevé les restaurations en Albanie de la mosquée du château de Preza, mais aussi de la mosquée Akcahisar Murad Bey, de la mosquée Elbasan Nazire, de la mosquée Imrahor Ilyas Bey et de la mosquée Berat Kursunlu.

Camille Saulas

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *