Politique

Allain Juppé et François Fillon, les deux candidats au second tour de la primaire de la droite et du centre

Le second tour de la primaire de la droite et du centre aura lieu ce dimanche 27 novembre. François Fillon et Alain Juppé s’affronteront une dernière fois dans les bureaux de vote afin de savoir lequel des deux candidats représentera la droite et le centre à l’élection présidentielle de 2017. Revenons sur leur parcours personnel.2016-11-22-16-10-18François Fillon, enfin dans la lumière

Longtemps dans l’ombre de Phillipe Séguin puis dans celle de Nicolas Sarkozy, François Fillon savoure aujourd’hui les fruits de son sérieux et de sa loyauté. Après avoir stagné en tant que 3e derrière les deux têtes d’affiche de cette primaire, il est remonté dans les sondages dans la dernière semaine qui a précédé le premier tour et a remporté ainsi cette première manche avec 44,1% des suffrages.

Âgé de 62 ans, François Fillon démarre sa carrière politique en tant qu’assistant parlementaire de Joël Le Theule, député de la Sarthe d’où il est lui-même originaire et ami de ses parents. Il deviendra rapidement chargé de mission dans son ministère des transports puis de la défense. Il succédera à M. Le Theule à sa mort. En 1981, il devient à 27 ans le plus jeune député nommé à l’Assemblée nationale. Deux ans plus tard, il se fait élire aux élections municipales de Sablé-sur-Sarthe et se rapproche de Philippe Séguin. Il commence alors à militer pour un gaullisme social.

De 1993 à 2005, François Fillon traversera tous les gouvernements de droite et sera à la tête de divers ministères comme celui de l’enseignement supérieur de 1993 à 1995 avec le Premier ministre Édouard Balladur qu’il va d’ailleurs soutenir lors de sa campagne présidentielle. Il sera également à la tête du ministère des Affaires sociales, il fera d’ailleurs l’objet de critiques pour son manque d’action pendant la canicule de 2003 : « Courage, Fillon ! ».

En 2004, il connaît sa première défaite électorale alors qu’il était président du conseil régional du Pays-de-Loire. Il sera écarté un an plus tard du gouvernement de De Villepin notamment à la suite de sa réforme des écoles très contestée. Il s’investira donc pleinement dans la campagne présidentielle de Nicolas Sarkozy en 2007, qui fera de lui son Premier ministre. Lors de la défaite de ce dernier en 2012, François Fillon commence sa parade présidentielle doucement, mais sûrement en essayant de briguer un poste d’élu dans la 2e circonscription de Paris puis à la tête de l’UMP. Deux tentatives échouées, cependant il obtiendra quand même l’organisation d’une primaire ouverte à droite.

François Fillon réussit donc à s’imposer avec un programme très libéral et promet l’austérité. Il veut libéraliser le marché du travail et laisser aux entreprises la possibilité de négocier leur temps de travail jusqu’à 48h, la limite européenne.

Alain Juppé

À 71 ans, Alain Juppé vit comme une deuxième vie politique. Considéré comme le favori pendant les premiers temps de la campagne, il arrive pourtant en deuxième position dimanche 20 novembre. Né à Mont-de-Marsan dans les Landes, il arrive très vite à Paris. Détenteur d’une agrégation de lettres classiques de l’ENS, il obtient un diplôme de l’Institut d’Études Politiques en 1964 puis de l’ENA en 1972. Il se positionne aux côtés de Jacques Chirac et devient son ministre du budget en 1986. Alain Juppé ne le quittera plus ensuite, puisqu’il sera le porte-parole de son gouvernement pendant deux ans. Après avoir été ministre délégué aux affaires étrangères sous le gouvernement d’Édouard Balladur, il sera nommé président du Rassemblement pour la République (RPR) en 1994, succédant ainsi à Jacques Chirac parti en campagne présidentielle. Ce dernier le désignera Premier ministre en 1995.

En plus de ministre, il débute en 1997, en tant que député de la 2e circonscription de la Gironde. Il occupe cette fonction jusqu’en 2004, date à laquelle il sera condamné dans l’affaire des emplois fictifs de la Mairie de Paris. Alain Juppé démissionnera alors de tous ses mandats et s’ « exilera » pendant un peu plus d’un an au Québec.

En 2006, c’est son retour en grâce, il reprend la tête de Bordeaux et est réélu en mars 2014 comme maire et président de Bordeaux métropole. Il passera par le gouvernement de Fillon en tant que ministre de l’Écologie, puis aux Affaires étrangères jusqu’à ce que la défaite de Nicolas Sarkozy en 2012, lui donne à lui aussi la motivation et la place de se lancer dans la course à l’Élysée.

Les deux hommes partagent une couleur politique, mais leur orientation s’oppose. Lorsque François Fillon penche vers une droite plus conservatrice, Alain Juppé lui est contre toute réédition de loi, en ce qui concerne l’adoption des couples du même sexe et le port de signes religieux alors que son adversaire qui a une vision traditionnelle de la famille, s’oppose à ce type d’adoption et voudrait interdire le Burkini.

Pascale-Mahé Keingna

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *