Art, Culture, Découverte

Anatolie : des tablettes vieilles de 4 000 ans sur les droits des femmes

Datant de l’âge du bronze, La colonie de Kültepe-Kaniş-Karum n’en a pas fini de passionner les archéologues. Les traces archéologiques laissées dans son sillage dans le centre de l’Anatolie offrent une riche base de données sociales et économiques sur cette civilisation vieille de 4 000 ans.

PHOTO1

Ce vaste site, situé dans la province de Kayseri, aurait quatre millénaires plus tôt abrité près de 70 000 âmes. Jusqu’alors, l’une des plus importantes découvertes liées au site consistait en une tablette datant de 2000 ans avant Jésus-Christ et mentionnant l’existence des royaumes anatoliens, dont celui de Kaniş aurait été le plus puissant.

Avec un patrimoine déjà excavé représentant plus de 23 500 tablettes cunéiformes depuis 1948, la colonie marchande de Kültepe-Kaniş-Karum offre le plus ancien témoignage écrit d’Anatolie. Courant juillet, Fikri Kulakoğl de l’Université d’Ankara commentait la découverte d’une suite de témoignages écrits mentionnant de nombreuses données sociales. Droits de la femme et législation des contrats de mariage se trouvent ainsi compilés dans ces tablettes ancestrales.

PHOTO2

Bien que la majorité des tablettes traitent de données commerciales, il semblerait à présent que les traces d’une législation sociale aient été récemment découvertes, comme le confirme Kulakoğl : « Des droits de la femme jusqu’à l’adoption d’enfants, ou encore les mariages arrangés à la naissance, les tablettes récemment excavées incluent tout un ensemble de données sociales et civilisationnelles de l’Anatolie pré-antique. On y trouve une lettre touchante d’une femme destinée à son mari, ou encore une lettre de complainte de telle autre au sujet de sa belle-mère. À titre d’exemple, il serait impossible de trouver de telles données dans les archives de l’Empire Ottoman ».

Toutes les données archéologiques prélevées à Kayseri ne représenteraient cependant qu’une infime partie d’un patrimoine bien plus vaste. Tant et si bien que, selon les scientifiques en charge des fouilles, l’excavation intégrale du site de Kültepe prendrait théoriquement 5 000 ans. À ce jour, 90% des tablettes découvertes sont exposées au musée archéologique d’Ankara. Tablettes dont la plupart devraient être transférées dans un nouvel établissement archéologique actuellement en construction à Kayseri, et qui s’annonce comme un des musées les plus importants sur l’histoire de la région de Cappadoce.

À ce titre, Kulakoğl espère voir le site être prochainement inscrit à la liste du patrimoine mondial de l’UNESCO. Début juillet, c’était à la ville antique d’Ephèse et aux jardins de Diyarbakır que revenait le privilège d’y figurer.

 

 

Partager

  • Facebook
  • Twitter
  • Delicious
  • StumbleUpon
  • Add to favorites
  • Email
  • RSS

Trackbacks / Pings

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *