International

Après Kobané, les villages !

Nous apprenons aujourd’hui que les combattants kurdes opposés à l’État islamique ont investi près d’une centaine de localités jusque-là sous la sombre botte de l’organisation djihadiste. D’après l’Observatoire syrien des droits de l’homme (OSDH), 101 villages auraient ainsi été repris des mains de Daesh.

kobané3

Forts de leur succès à Kobané à la fin janvier après quatre mois de siège et de luttes acharnées (voir notre article ici), les combattants, pour la plupart des Kurdes de Syrie qui appartiennent aux Unités de protection du peuple ou YPG (une organisation considérée comme terroriste par Ankara en raison de ses liens avec le Parti des travailleurs du Kurdistan plus connu sous le nom de PKK), se sont depuis emparé de nombreux villages environnants, eux aussi jusqu’à présent sous l’emprise des islamistes.carte_kobané

Si dans certains hameaux, les forces kurdes n’ont rencontré aucune résistance, les djihadistes ayant pris la fuite ; des combats n’ont pas manqué d’éclater dans plusieurs autres, coûtant la vie à quelque 13 membres de l’EI.

Les combattants du YPG contrôleraient désormais une zone s’étalant à une vingtaine de kilomètres à l’ouest, à l’est et au sud de Kobané. Preuve, s’il en est, de la considérable importance stratégique de la victoire à Kobané, une ville désormais en ruines mais dont la libération ne pouvait qu’en annoncer bien d’autres encore.

Gageons que d’ici quelques années ou moins, le nom de cette ville à la frontière turco-syrienne ne s’établisse dans les mémoires comme le synonyme du commencement de la fin pour l’ignoble organisation salafiste et son étendard d’un noir crépusculaire.

Alexandre De Grauwe-Joignon

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *