Culture

Atiq Rahimi, lauréat du Prix littéraire Notre Dame de Sion 2014

DSC_4697

De gauche à droite : Ebru Erbaş, Atiq Rahimi et le Consul général de France à Istanbul, Muriel Domenach

Mercredi 28 mai a eu lieu le Prix littéraire Notre Dame de Sion qui a pour but de contribuer à l’échange culturel entre les pays francophones et la Turquie en récompensant en alternance annuelle l’œuvre d’un écrivain turc ou celle d’un écrivain francophone dont l’œuvre est traduite en turc. Pour sa 6ème édition, celui-ci a été décerné à l’écrivain Atiq Rahimi pour Maudit soit Dostoïevski ainsi qu’à sa traductrice Ebru Erbas.

Mercredi a été remis le Prix littéraire Notre Dame de Sion au Palais de France en présence du consul de Belgique et du Consul général de France à Istanbul. Celui-ci a été sélectionné cette année parmi les œuvres rédigées en français et traduites en turc : Maudit soit Dostoïevski a été choisi à l’unanimité du jury.

Le roman d’Atiq Rahimi, écrivain francophone d’origine afghane, revisite le chef d’œuvre de Dostoïevski d’une manière créative : il raconte la révolte de l’insoumission sous forme poétique, tout en faisant des allusions comportant des touches d’humour noir. Dans son œuvre, l’écrivain construit un nouveau langage de roman : il créer et questionne, dans un autre contexte, les concepts de justice, de mort, de crime et de trahison.

Lors de sa remise de Prix, Atiq Rahimi, déjà lauréat du Prix Goncourt 2008 pour Syngué sabour. Pierre de patience, a offert à l’assemblée un discours sous forme de poème intitulé « Neuvième nuit », durant lequel il nous compte son expérience de l’exil, parfois sous forme métaphorique, et a réussi à immerger, le temps d’un discours, les invités dans son univers littéraire.

Anaïs Sarrassat
Photo : Aramis

Trackbacks / Pings

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *