International, Politique

Attentats au Liban : plusieurs morts sont à déplorer

Le lundi 27 juin, des attentats dans un village au Liban ont fait plusieurs morts. Une série d’explosions a frappé le bourg de Qaa. 

The lebanese flag floating over the palace of Beiteddine.

Le drapeau libanais flottant au-dessus du palais de Beiteddine.

Horreur à Qaa

Le village libanais a connu 24 heures terrifiantes. Frappé par deux attaques successives, Qaa déplore au moins cinq morts et plus d’une quinzaine de blessés. Les terroristes ont d’abord frappé à l’aube – aux alentours de 4 heures du matin – puis dans la soirée, vers 22h. Armés notamment de grenades, mais surtout de ceintures d’explosifs, les kamikazes – dont le nombre n’est pas encore certain – se sont successivement faits exploser. Selon les sources, quatre ou cinq kamikazes ont pris part à la première vague d’attaques qui a frappé la village et a fait cinq morts. La deuxième attaque  a éclaté quand quatre autres kamikazes se sont faits exploser. Résultat de ces deux tragédies : des scènes d’horreur, de morts et de blessés. Aujourd’hui, le président de la municipalité, Bachir Matar, a appelé les habitants à se barricader chez eux.

Regain des tensions frontalières

Le village de Qaa se situe à la frontière syrienne dans l’est du pays. Dans la région, les activités du mouvement chiite du Hezbollah et du régime de Bachar Al-Assad, chef d’Etat syrien, ont accru les tensions religieuses. Les rebelles syriens s’attaquent ici au Hezbollah, avec qui ils sont en conflit armé. Le groupe armé dispose de bases arrières, résidentielles, au Liban, dans la région de Qaa. Cette nouvelle attaque sur le sol libanais instaure de nouvelles dispositions: les groupes fondamentalistes ont visé directement le Hezbollah, à « domicile ».

Pour les autorités libanaises et les populations locales, ces attaques mettent fin à l’accalmie des dernières semaines. L’équilibre rompu par le regain de tensions en Syrie montre bien que la question du conflit syrien est bien loin d’être réglée. Aujourd’hui, le pays accueille plus d’un million de réfugiés syriens fuyant la guerre civile.

Manon Chauvet

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *