International, Politique

Au lendemain des attentats : arrestations et solidarité internationale

Une explosion a retenti dans les rues du quartier Beyazit stambouliote hier matin, vers les coups de 8h30. L’attentat, le quatrième de l’année à Istanbul, visait un véhicule policier antiémeute et a fait 11 morts et 36 blessés, dont trois dans un état critique. Dans les heures suivant l’événement, quatre individus ont été placés en garde à vue et les messages de condoléance de dignitaires étrangers se sont multipliés. Bilan. 

the-flag-of-the-800859_960_720

Pas de revendication, mais des arrestations

Si l’attentat n’a été revendiqué par aucun groupe, des arrestations ont tout de même eu lieu dans les heures suivant l’attentat. Ainsi, quatre individus auraient été interpellés mardi après-midi, avant d’être conduits au siège de la police d’Istanbul, puis placés en garde à vue.

L’identité des suspects étant inconnue, il est difficile de spéculer quant à leur affiliation politique. Cependant, selon la plupart des commentateurs, le mode opératoire de l’attentat d’hier ressemblerait en tout point à celui des rebelles kurdes du PKK (Parti des travailleurs du Kurdistan), faisant d’eux les suspects principaux.

Cette piste semble être partagée par le pouvoir. Après avoir rendu visite aux blessés à l’hôpital Haseki, le Président turc a déclaré à la presse : « Ce n’est pas nouveau que l’organisation terroriste [PKK] propage ses attaques dans les villes. Notre lutte contre le terrorisme se poursuivra jusqu’à la fin. »

Le ministre des Affaires étrangères turc, Mevlüt Cavusoglu, a pour sa part déclaré lors d’une interview sur la chaîne publique TRT : « La Turquie continuera de lutter avec efficacité contre les terroristes [du PKK] et de Daech. On voit comment ces terroristes n’ont aucune conscience et visent des gens innocents pendant le mois sacré du Ramadan. »

Indignation internationale

Entre hier et aujourd’hui, bon nombre de personnalités politiques internationales ont tenu à partager leur indignation suite à l’attentat.

Ainsi, le Secrétaire général de l’OTAN Jens Stoltenberg a condamné les événements par voie de communiqué alors que l’Union européenne a tenu à présenter ses « sincères condoléances aux familles et aux amis de ceux qui ont perdu la vie » en plus de réitérer sa « solidarité à la Turquie, son gouvernement et son peuple. »

Pour sa part, le Président de l’Azerbaijan Ilham Aliyev a envoyé une lettre de condoléances à son homologue turc dans laquelle on pouvait lire : « Cette attaque terroriste brutale confirme encore une fois l’importance de la lutte contre tous les types de terrorisme. » Ce fût également le cas du ministre des Affaires étrangères pakistanais Sartaj Aziz qui a rappelé que son pays était « solidaire avec le peuple frère de Turquie et certain qu’il remportera sa lutte contre le terrorisme. »

Du côté de l’Élysée, le président François Hollande a également condamné l’attaque par voie de communiqué, tout comme la chancelière allemande Angela Merkel et Mark Stroh, porte-parole de la Maison blanche.

D’autres personnalités ont choisi la voie des réseaux sociaux pour s’exprimer à ce sujet, dont l’ambassadeur américain en Turquie John Bass, le Secrétaire d’État britannique aux Affaires étrangères Philip Hammond et la ministre des Affaires étrangères suédoise Margot Wallström.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *