Chroniques, Le choix de la rédaction

Au moment où le gazoduc TANAP se concrétise…

On avait évoqué auparavant la possible contribution du TANAP, le projet de gazoduc transanatolien, à la politique énergétique de la Turquie ainsi que sur ses implications concernant les efforts de diversification de l’Union européenne pour l’acheminement sur son territoire du gaz de la mer Caspienne et d’autres zones limitrophes.

Le mois d’octobre avait été particulièrement mouvementé à propos de la concrétisation du TANAP avec la signature concernant les achats des tubes d’acier destinés au réseau principal du projet. Les fournisseurs, composés en quatre consortiums, sont essentiellement des compagnies turques (80%). On peut voir dans ce développement comme une démonstration de force de la part des compagnies productrices de tubes d’acier de la Turquie, qui est, il faut l’ajouter, le premier producteur européen et le cinquième mondial. Les compagnies turques sont regroupées en trois consortiums, le premier étant le consortium Borusan-Noksel-Erciyas, le second Tosçelik AŞ, et le troisième Ümran Çelik-Emek Boru AŞ. Le quatrième étant en fait une compagnie chinoise : Baosteel Europe GmbH. Le succès des compagnies turques du secteur est d’autant plus remarquable que, l’appel d’offre ayant été ouvert à tous, les compagnies de 18 pays s’étaient lancées dans la course.

La cérémonie de signature s’était faite en la présence du Premier ministre de Turquie Ahmet Davutoğlu. Dans son allocution, celui-ci a considéré le TANAP comme un projet de paix, remplaçant dans un sens l’historique route de la soie qui reliait l’Orient et l’Occident. Le Premier ministre a aussi rappelé que le TANAP contribuerait au ravitaillement de la demande en énergie de la Turquie mais aussi à sa transformation en un hub énergétique, aboutissant aux Balkans et en Europe. M. Davutoğlu a ajouté que dans une région en pleine ébullition, la Turquie et la République d’Azerbaïdjan se distinguaient comme puissances ascendantes justement grâce à ces projets énergétiques. Il a précisé qu’avec une capacité atteignant les 33 milliards de mètres cubes, le TANAP présenterait de nouvelles possibilités au monde mais aussi à l’Europe. Le Premier ministre a insisté sur le fait que la Turquie était décidée à utiliser les richesses énergétiques comme sources de paix, en établissant des coopérations énergétiques au lieu des rivalités issues des prix du pétrole ou du gaz naturel ; faisant passer ces ressources du stade de sources de conflits d’intérêts à celui de bienfaits destinés à une utilisation commune de l’humanité.

Le TANAP, dont les dépenses finales sont estimées à 45 milliards de dollars, comprend quatre réseaux : le premier reliera la mer Caspienne à la frontière géorgienne, le second sera en provenance de la République de Géorgie, le troisième fera le lien entre la Turquie et la Grèce tandis que le quatrième ira de la Grèce à l’Italie. Le projet sera réalisé en quatre années.

La première étape du projet sera achevée en 2018 avec l’acheminement de seize milliards de mètres cubes (six milliards destinés à la Turquie, le reste à l’Europe) de gaz. Ce chiffre atteindra les 22 milliards de mètres cubes en 2020, 24 milliards en 2023 et, par la suite, 33 milliards.

On peut d’ores et déjà considérer le TANAP, qui est en fait l’une des pierres angulaires du Couloir sud du gaz, comme un pas révolutionnaire en ce qui concerne la diversification de l’offre et de l’acheminement des ressources énergétiques et l’aboutissement de nouvelles possibilités dans la géopolitique énergétique. Il incitera de même, des pays jadis hostiles entre eux, comme la Turquie et la Grèce par exemple, ou les pays balkaniques en général, à coopérer davantage et à préserver la paix et la stabilité dans leurs régions respectives. Qui sait ? Peut-être que, comme le prédit le Premier ministre turc Davutoğlu, la principale raison des conflits, à savoir la quête de l’énergie, se transformera en une voie vers une paix juste et durable pour tous.

Eren Paykal

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *