Politique

Automne 2016 : état des lieux des primaires pour la présidentielle de 2017

La rentrée politique en France est marquée avant tout par les primaires annoncées d’une part « de la droite et du centre » et, d’autre part, du parti socialiste soit de la majorité sortante. La première des deux est annoncée pour les 20 et 27 novembre prochain, la seconde est prévue les 22 et 29 janvier 2017.election_mg_3455Ces deux événements sont à tout point de vue de nature très différente. Du côté de l’opposition, elles vont opposer pour les principaux candidats susceptibles de se retrouver au second tour le 27 novembre soit l’ancien Président de la République, Nicolas Sarkozy, et l’ancien Premier ministre de Jacques Chirac, Alain Juppé.

Du côté de la majorité sortante, les dates sont plus tardives. La raison étant que l’actuel Président de la République a annoncé à plusieurs reprises sa décision de se prononcer sur sa candidature pour le mois de décembre 2016.

À gauche, les enjeux semblent assez ouverts cet automne étant donné la chute dans les sondages du Président de la République qui se poursuit, et surtout la démission récente du ministre de l’Économie et des Finances, Emmanuel Macron, qui selon un sondage du 7 septembre, devancerait au premier tour François Hollande. Du côté de la droite et du centre, Alain Juppé a longtemps été en tête dans les intentions de vote, mais semble être rattrapé progressivement par Nicolas Sarkozy, et ce malgré le récent renvoi de celui-ci en correctionnelle au début du mois de septembre.

Dans les deux cas, ces primaires apparaissent malgré tout comme un débat quelque peu secondaire tant les outsiders – avec à l’extrême droite Marine Le Pen, qui est présentée partout comme déjà qualifiée pour le second tour, et Emmanuel Macron qui semble se préparer à une campagne au centre – occupent le devant de la scène médiatique.

La manière dont les primaires des partis « classiques » se préparent laisse en ce début d’automne 2016 à penser que la présidentielle de 2017 risque de ne ressembler à aucune autre. La promesse, quasi certaine, d’un nouveau 21 avril avec la présence de l’extrême droite au second tour a en effet de quoi balayer, du moins à l’heure actuelle, l’importance, pourtant réelle, du choix démocratique d’un candidat modéré tant à gauche qu’à droite.

En cela le quinquennat qui s’achève aura été très difficile pour François Hollande, notamment car celui-ci aura été confronté à deux défis sans précédent dans notre histoire, à savoir : sur le plan économique, une crise dont la gravité est inédite depuis 1929 et, sur le plan sécuritaire, la plus grande menace terroriste que la France ait connue depuis 1945. Rappelons en cela le nombre de personnes tuées à la suite des attentats perpétrés par Daech durant les 18 derniers mois, soit 236 morts, un nombre terrible jamais vu depuis des décennies.

Il est par conséquent manifeste que ces deux défis ont profondément marqué le mandat qui s’achève, et auront aussi une influence sur les primaires qui s’annoncent et bien évidemment sur les élections présidentielles et législatives de l’année 2017.

Dr Olivier Buirette

1 Comment

  1. Ne pas oublier 2 autres primaires : la primaires écologiste et la primaire hors partis laprimaire.org qui si elle ne sont pas du même ordre de grandeur ont pour vocation de proposer des candidats choisis par les citoyens.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *