Economie, International

Barack Obama au Kenya ou le retour aux origines

En voyage à Nairobi, Barack Obama souhaite réaffirmer le soutien économique et anti-terroriste des Etats-Unis au Kenya.

obama_kenya_2015

Barack Obama embarque à Maryland le 23 juillet 2015, direction le Kenya.

En visite à Nairobi du 24 au 26 juillet, Obama revient pour la quatrième fois dans le pays de son père, et pour la première fois en tant que président des Etats-Unis.

Cependant, cette visite de courtoisie qui attendrit les foules n’est pas dépourvue d’objectifs économiques et militaires. Des objectifs économiques tout d’abord, puisque pour cette sixième édition du Sommet mondial de l’entreprenariat [Global Entrepreneurship Summit – GES] organisé pour la première fois en 2010 à l’initiative de la Maison Blanche, le président américain a prévu de s’adresser aux 3 000 participants et de dresser un bilan des activités économiques américaines en Afrique, tout en réaffirmant le soutien des Etats-Unis aux investisseurs africains.

Cette annonce de soutien aux investissements africains ne peut être réduite à une pieuse affirmation puisque depuis 2000, la Loi sur la croissance et les possibilités économiques en Afrique ou African Growth and Opportunity Act encourage le commerce entre l’Afrique et les Etats-Unis en facilitant aux pays africains qui observent les principes de l’économie libérale l’accès au marché américain. Notons que les Américains bénéficient ainsi de nouveaux partenaires commerciaux sur des marchés clés comme le marché pétrolier. Les échanges commerciaux entre l’Afrique et les Etats-Unis s’élevent en 2014 à 73 milliards de dollars, dont 2,2 milliards de dollars pour le volume des échanges avec le Kenya uniquement. Un partenariat à relativiser lorsqu’on le compare à celui de la Chine dont les échanges avec l’Afrique montent à 200 milliards de dollars.

Outre ces considérations économiques, Washington a réaffirmé son soutien contre le terrorisme au niveau des formations, des équipements militaires et des renseignements. La lutte contre le groupuscule terroriste des milices Chabab, proche d’Al-Qaïda, est un des principaux objectifs anti-terroristes du Kenya. Rappelons qu’en 2013, un attentat revendiqué par les milices Chabab dans un centre commercial à Nairobi avait fait 67 victimes. Pour autant, certaines questions comme celle des droits de l’Homme, ou encore celle des libertés publiques et de la corruption dans l’administration, seront abordées lors d’une rencontre entre Barack Obama et Raila Odinga, le chef de l’opposition kenyane.

Anne-Laure Gatin

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *