Société, Sport

Beşiktaş et Süleyman Seba : un amour infini sous forme de leçon de vie

A parler de football, beaucoup vous évoqueront des noms, des stades, des équipes et des statistiques. L’un vous fera l’apologie du Real-Madrid, l’autre de Manchester United. Des clubs uniques dont l’histoire n’est plus à écrire, mais le football se résume-t-il seulement dans ces quelques images ? J’ai bien peur que non, et c’est malheureux, car nombreux sont ceux n’en ayant pas conscience. Cessons de parler de transferts et d’argent et cessons par là d’admirer ces mercenaires modernes capables d’embrasser un maillot avant de partir caresser quelques millions d’euros. A décrire le football, je vous parlerai d’amour, de partage et de communion et comme plus beau témoignage je vous guiderais à Beşiktaş.

15 Aout 2014, quand les rues sont frappées d’une marche silencieuse

Süleyman Seba, ancien président du Beşiktaş

Süleyman Seba, ancien président du Beşiktaş

Avant-hier s’éteignait Süleyman Seba, président honoraire de Beşiktaş après en avoir été le responsable de 1984 à 2000. A l’instar de Gianni Agnelli pour la Juventus, Süleyman Seba fait partie de ces personnes qui auront laissé dans la mémoire de chacun un souvenir indélébile telle une empreinte à jamais inscrite. Si Seba fut le premier joueur de Beşiktaş à marquer dans l’arène de l’Inönü, on retient surtout de lui son palmarès en tant que Président, notamment quatre coupes de Turquie, cinq Super Lig et six coupes TYSD. Pour lui rendre hommage, c’est tout un quartier qui s’est arrêté de travailler aujourd’hui, les stores des magasins étaient fermés, les bus bloqués et le bitume de la route écrasé par les pas de milliers de personnes. Des enfants, des parents, des femmes, des hommes, des grands-parents et même les vendeurs à la sauvette du quartier, tous étaient là pour un dernier moment au coté de cette homme façonnant, toute une vie durant, l’emblème d’un club. Tandis que le cercueil de Süleyman Seba circulait au sein de la foule, les chants du Beşiktaş retentissaient et les applaudissements résonnaient dans l’écho des mosquées environnantes.

Mai-Juin 2013, Quand Beşiktaş devient le centre des protestations de Gezi

Beşiktaş et Gezi

Le drapeau du Beşiktaş pendant Gezi

A l’heure où la Turquie s’élève contre un gouvernement toujours plus puissant, plusieurs endroits phares d’Istanbul sont assaillis violemment sous les bombes lacrymogènes et des lancers de pavés. Si l’on retrouve des supporters de Fenerbahce et Galatasaray, c’est surtout le groupe ultra Carsi du Beşiktaş qui sonne la révolte et guide la contestation contre le gouvernement islamo-conservateur de Recep Tayyip Erdoğan. C’est d’ailleurs eux qui « emprunteront » pour l’occasion un tractopelle se lançant à la poursuite des blindés des forces armées utilisés pour contenir ce peuple en quête de liberté.

Un quartier régit par l’identité du club

Beşiktaş

Beşiktaş

Sur la rive européenne, à quelques mètres du Bosphore et de la mer, le quartier de Beşiktaş est connu de tout Istanbul pour l’activité permanente qui y règne. Outre les chats déferlant de part et d’autres des ruelles, c’est autour de cette imposante statue de l’Aigle, rappelant le symbole du club, que s’organise la vie des stambouliotes qui résident ici. On passe alors devant le meilleur marché aux poissons de la ville, on oscille de gauche à droite ne sachant pas où se rendre tellement l’ambiance est festive de chaque coté. On en vient aussi à compter non pas le nombre de personnes munies d’un maillot du club mais ceux qui n’en ont pas tellement ils sont infimes. Et si l’on n’a toujours pas compris l’ampleur du football au sein de ce quartier, il suffit alors de se rendre dans n’importe quelle pharmacie, bureau de presse ou café pour y voir des écussons, des tags, des posters et toutes sortes d’inscriptions. Beşiktaş est un quartier populaire et chaleureux à l’image d’un club où les moyens financiers restent peu conséquents, vivant alors sur un amour infini et indescriptible qui en fait sa force et sa beauté suprême.

M.T

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *