Environnement, Tourisme

La biodiversité marine en danger en Turquie

La Fédération turque des sports sous-marins (TSSF) tire la sonnette d’alarme dans le quotidien Hürriyet quant à l’augmentation des espèces menacées dans les eaux turques.

Le 5 juin, à l’occasion de la Journée mondiale de l’environnement, Tahsin Ceylan, Président du conseil de l’environnement de la TSSF, s’est alarmé des menaces qui pèsent sur la biodiversité marine en Turquie.

La Turquie est considérée comme un véritable paradis naturel qui abrite de nombreuses espèces en voie d’extinction. Mais, malheureusement, la Turquie n’est pas épargnée par les bouleversements qui menacent la biodiversité.

S’entretenant avec les journalistes du quotidien Hürriyet, Tahsin Ceylan donne l’exemple des phoques moines de Méditerranée qui ne sont désormais plus qu’une quarantaine le long du littoral turc alors qu’on en comptait 500 dans les années 1980. On estime qu’il n’y a plus que 200 à 300 phoques moines à travers le monde.

Plongeur de longue date, mais aussi instructeur de plongée et photographe, M. Ceylan est alarmé par la situation : « j’ai eu la chance de les voir, mais nombre de ces espèces [menacées] ne seront jamais observées par nos enfants si ce n’est en photos ». Ce dernier ajoute : « En tant que photographe sous-marin, je suis témoin de la situation désastreuse qui s’aggrave de jour en jour dans nos mers. De nombreuses espèces disparaissent sous mes yeux ».

Tahsin Ceylan dénonce « un massacre perpétré par les humains » alors que la richesse biologique est également importante pour le tourisme lié à la plongée en Turquie : « Les gens ne plongent pas dans nos mers pour prendre une douche ; ils viennent pour observer différentes espèces. Pour le tourisme, la diversité biologique est de la plus haute importance. Les gens veulent se rendre dans le district de Kaş [dans la province méditerranéenne d’Antalya] et voir un mérou, mais nous n’en avons plus », confie cet expert bien au fait du dossier au journal turc.

Le nombre d’espèces menacées présentes sur la liste rouge de l’UICN (Union internationale pour la conservation de la nature), qui constitue l’inventaire mondial le plus complet de l’état de conservation global des espèces aussi bien animales que végétales, augmente progressivement selon M. Ceylan : « Selon cette liste rouge, il y a 364 espèces et sous-espèces en Turquie qui font face à un risque d’extinction à l’échelle mondiale. Du mérou à la tortue de mer, ces espèces vivent par centaines dans nos mers », d’où l’importance de les protéger davantage.

Le 6 mai, le premier rapport intergouvernemental d’évaluation mondial sur la biodiversité a été dévoilé. Produit de trois longues années de recherches et de coopération internationale, le rapport estime qu’entre 500 000 et 1 000 000 d’espèces seront menacées d’extinction dans les prochaines décennies ; soit à un rythme de disparition des dizaines — voire des centaines — de fois supérieures au rythme naturel.

Camille Saulas                                                                       

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *