Découverte, Gastronomie, International, Politique

Bonjour au chef italien Salvatore Denaro !

Malgré tout ce qu’il y a à écrire ce mois-ci, il n’y a rien qui me paraît en valoir véritablement la peine. J’ai d’abord pensé à parler des trahisons envers la Ve République. C’est qu’il y en a beaucoup, des « traîtres » ! Si je les citais, le journal en serait rempli ! En attendant, ne croyez pas pour autant que je défende ici François Hollande.

unnamed-copie

Et si je parlais de la dispute au sein du football turc, entre Arda Turan et Fatih Terim ? Il paraît que les Nationaux devraient jouer gratuitement, pour la patrie et la nation ! Comme si les parlementaires, les maires, les membres du conseil municipal, etc., et particulièrement les entraineurs de l’Équipe nationale travaillaient gratuitement ! Les athlètes recrutés et transférés d’Afrique à coups de millions de dollars, les haltérophiles importés de Bulgarie… Ils ne sont pas payés, eux ? Et dites donc, les journalistes, les présentateurs TV qui commentent l’équipe nationale et les matchs nationaux, ne serait-ce pas eux qui, en fait, ne devraient pas être rémunérés pour ce travail ?

Le salaire perçu par le directeur technique de l’Équipe nationale de Football devrait être indexé, ainsi que les salaires, les primes des joueurs… Pourtant personne ne parle des primes, des salaires, des « extras » reversés à celui-ci !

Le mieux est encore d’abandonner ces sujets, et de passer à la colonne latérale et aux pages intérieures consacrées aux journées de la « Culture Culinaire Ateşbaz-ı Veli ». Lisons l’article consacré à cette personne fort sympathique, inspirée par des mets millénaires, que j’y ai rencontrée : le chef italien Salvatore Denaro qui déclare : « Je suis né pour découvrir les bonnes choses, ce qui est le plus important pour moi, c’est la qualité et l’origine des aliments, ainsi que les produits frais de saison » !

* * *

Pour finir, je voudrais souhaiter la bienvenue à notre ami Bertrand Buchwalter, le nouveau Consul général de France à Istanbul. C’est par un arrêt du Premier ministre, Manuel Valls, qu’il a été nommé, le 29 août 2014, sous-directeur de l’Europe méditerranéenne à la direction de l’Union européenne au ministère des Affaires étrangères.

Désormais, il est à Istanbul pour une mission de trois ans dans un pays qu’il affectionne particulièrement et qui parle sa langue couramment. Comme disait l’ambassadeur de France en Turquie, S. E. Charles Fries : « On ne peut avoir un meilleur Consul général que lui ».

Bertrand Buchwalter fut le premier Secrétaire chargé des questions européennes, de la presse et de la communication de l’ambassade de France en Turquie, située à Ankara, et ce, pendant 4 ans, soit jusqu’au 3 août 2009, date à laquelle il est rentré à Paris.

Dr. Hüseyin Latif, directeur de publication

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *