Culture, International, Politique, Société

Bruno Foucher, un homme de culture et un diplomate hors pair

Le 5 juillet, au Palais de France, j’aurai l’honneur de faire la connaissance d’un grand Monsieur de la culture ainsi que de la diplomatie française. En effectuant des recherches sur internet, j’ai été agréablement surpris. Ainsi, j’aimerais vous présenter cet homme avant que je ne lui présente Aujourd’hui la Turquie.

Bruno Foucher, né le 3 octobre 1960, a été nommé Président du conseil d’administration de l’Institut français en janvier 2015.

Ancien élève de  l’École nationale de la Statistique et de l’Administration économique (ENSAE), de l’École nationale d’Administration (ENA), mais aussi diplômé de l’IEP de Paris et titulaire d’un DEA en histoire et civilisation économique, Bruno Foucher a occupé de nombreuses fonctions au Quai d’Orsay.

Après avoir été premier secrétaire à la mission permanente de la France auprès des Nations Unies (1993 à 1997), il a occupé le poste de deuxième conseiller à Téhéran (1997 – 2000) avant d’occuper celui de premier conseiller à Riyad (2000-2003). Par la suite, le voilà sous-directeur d’Afrique occidentale (2003 – 2006) du ministère des Affaires étrangères où il fut à la direction de deux régions difficiles et complexes.

Ambassadeur de France au Tchad, à N’Djamena, en 2006, il a été nommé ambassadeur de France en Iran en mai 2011 ; un poste qu’il a occupé jusqu’à sa nomination en tant que Président de l’Institut français en 2015.

L’Institut français, qui contribue au rayonnement de la francophonie dans le monde, mais a aussi pour mission de soutenir la diplomatie culturelle sous la tutelle du ministère des Affaires étrangères et du Développement international, est présent dans plus de 90 pays sur le monde. Ainsi, l’institution contribue à la promotion culturelle de la France et stimule les échanges artistiques et le dialogue entre les États.

* * * *

Cher Monsieur,

J’aimerais vous présenter en quelques lignes notre journal. Lorsque nous avons commencé notre publication, nous voulions être une fenêtre « à la française » ouverte sur la Turquie, elle-même ouverte sur le monde. Nous souhaitions montrer le vrai visage de « notre » Turquie au monde francophone.

Certains ont voulu briser notre enthousiasme et d’autres, nous ont soutenus. Nous les en remercions par cette occasion.

Aujourd’hui la Turquie est né en 2005. Cette date marque le retour de la presse francophone en Turquie. En effet, si les premiers organes de presse de l’Empire ottoman sont apparus à la fin du XVIIIe siècle, notamment avec le Bulletin des Nouvelles publié en 1795, la presse turque francophone a disparu au cours de la seconde partie du XXe siècle avec le Journal d’Orient. Trente ans après, c’est finalement Aujourd’hui la Turquie, fondé par nous, qui reprendra le flambeau en 2005.

Depuis, nous œuvrons dans le but de faire connaître la Tur­quie à tous les francophones malgré différentes difficultés. Nous laissons s’exprimer les artistes, les politiciens, les responsables écono­miques, aussi bien que les sportifs de Turquie. Nous exposons ce qu’ils réalisent, nous transmet­tons leurs pensées à nos lecteurs.

Désormais, voilà 12 ans que nous avons sorti notre premier numéro dans l’ambition de renforcer les relations franco-turques. Nous avons prouvé notre force et notre durabilité en proposant un contenu rédactionnel riche et varié.

Un travail acharné qui a été reconnu et applaudi par l’ancien Ambassadeur de France en Turquie, S.E. Bernard Emié. Celui-ci nous a fait l’honneur de présider une cérémonie au Palais de France à l’occasion de la sortie du 50e numéro d’Aujourd’hui la Turquie, le 26 mai 2009, mais aussi de devenir l’un de nos fidèles lecteurs.

Le 4 octobre 2013, lors d’une cérémonie pour fêter le 100e numéro du journal, l’ambassadeur Laurent Billy disait qu’Aujourd’hui la Turquie est « un modèle à reproduire dans les pays francophones, c’est un exemplaire unique sur le monde ». Par ailleurs, S.E Laurent Bili avait souligné que notre journal est : « un maillon important de la chaîne d’amitié qui lie la Turquie à la France », avant d’ajouter que « la Francophonie, qu’Aujourd’hui la Turquie contribue à faire vivre et à développer, est un enjeu pour le futur des relations franco-turques, mais aussi de la Turquie avec le monde francophone, notamment en Afrique qui, on l’oublie trop souvent, accueillera en 2050 plus de 500 millions de francophones ». Et nous espérons de célébrer, à la rentrée prochaine, le 150e numéro d’Aujourd’hui la Turquie avec l’actuel ambassadeur S.E. Charles Fries.  

Fort de cette idée nous espérons que, en tant que Président du conseil d’administration de l’Institut français et homme pour qui la culture et la construction de ponts entre les États sont fondamentales, vous nous ferez l’honneur de faire partie de ceux qui découvrent nos pages avec curiosité et plaisir.

Dr. Hüseyin Latif

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *