Art, Culture

Camilo Guevara, loin des traces de son père

Le 26 octobre, devant les portes de la galerie Piramid Sanat, à Taksim, la foule attend, faute de place à l’intérieur. C’est à 18h que Tabù, l’exposition de Camilo Guevara, le fils du Che, doit commencer et les gens s’impatientent.img_1270-copieCette date marque donc l’ouverture de cette exposition, mais aussi le 49e anniversaire de la mort du père de l’artiste, Ernesto Rafael Guevara dit Che Guevara, révolutionnaire argentin devenu un réel modèle et une légende socialiste en Amérique latine. Il est aussi admiré ailleurs. En Turquie, les citoyens sont très admiratifs de cet homme qui était très proche, le dit-on, d’Atatürk.

Une exposition avec un timing parfait donc, et c’est Baykam Bedri, directeur de fameuse galerie stambouliote, ainsi que Luis Mario Gell Fernandez-Cueto, principal investisseur de cette exposition, qu’il faut remercier pour cela.img_1251-copieBaykam Bedri insiste en précisant que le nom de l’artiste n’a rien à voir avec sa décision de l’exposer, seul l’art a été son moteur. Car ce que l’on retrouve dans cette exposition Tabù, c’est la volonté de Camilo Guevara de construire des gadgets qui nous permettent d’observer ses œuvres d’une manière originale. Il crée ces objets, installations construites à partir de produits bruts contrairement au courant du « ReadyMade » dont il semble s’être inspiré puis éloigné.null-copieUne fois la porte ouverte, les spectateurs, amateurs d’art, curieux, ou simples fans de la famille Guevara montent les marches et se ruent sur la star de la soirée, Camilo Guevara.

Entre photos, installations interactives, lumineuses et suspendues, le point commun entre toutes ses œuvres est le sujet : les femmes. Les clichés de l’artiste mettent effectivement en scène des femmes qui posent nues et qui découvrent leurs corps seules ou à plusieurs selon les photos. Les installations et gadgets proposent plusieurs manières de les observer.img_1265Camilo Guevara, né à Cuba, a donc pris une trajectoire bien différente de celle de son père. Après des études de droit, il s’est fortement intéressé à la photographie et en a fait son métier. Il a depuis présenté 7 expositions personnelles en Autriche, en Argentine, à Cuba bien sûr, mais aussi en Italie et en République dominicaine.img_1257Aujourd’hui, à Istanbul, l’exposition Tabù a déjà prouvé qu’elle attirait la curiosité de nombreuses personnes, qui pourront aller y jeter un œil jusqu’au 3 décembre 2016 à la galerie Piramid Sanat.

Pascale-Mahé Keingna

1 Comment

  1. Isabelle

    Bonjour,
    J’apprécie de découvrir votre site et d’apprendre que Camilo Guevara présente ses œuvres chez vous.
    Toutefois, avec le décès de ce personnage important qu’est et restera Fidel Castro, je cherche ici à lui offrir mes plus sincères condoléances…Donc, dans la langue (maladroitement) de José Marti et en espérant qu’il puisse me lire:
    Hola, Camilo, soy Isabelle, la Quebequence y mujer del periodista Jean-Guy Allard, quien fellacio en La Habana hace poco en Augusto, enfermo pero atiendo por el 90 aniversario de Fidel.
    Organisé su trenta aniversario en nuestro apartamiento (3era y 8 en Miramar). Thierry, nuestro hijo, quien había 9 años en qual época, ha tocado trenta este último julio. Como pasa el tiempo…verdad? Como decíamos en este tiempo: « es por eso Perrucho que… »
    Todo eso para decirte, Camilo, que estoy pensado fuerte a ti y a Cuba en este momento…
    Lo siento de verdad. Esper lo mejor par ti y para Cuba…hasta siempre!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *