Découverte, Société

Canada : un scientifique turc contribue aux recherches sur les alternatives aux antibiotiques

L’Agence Anadolu rapporte que le scientifique turc Enver Gurhan Kılınç contribue au développement d’une alternative ambitieuse et efficace aux antibiotiques : la phagothérapie, soit l’utilisation de virus à des fins de traitement des maladies infectieuses d’origine bactérienne.

Crédit photo : Agence Anadolu

Les études scientifiques alertent sur le fait que les antibiotiques et leur surconsommation engendrent un déclin massif et inquiétant de l’efficacité de ces médicaments contre les bactéries. Une situation si dramatique qu’une étude récente britannique estime que la résistance aux antibiotiques pourrait entraîner d’ici 2050 dix millions de décès par an.

Les scientifiques recherchent donc des alternatives à l’instar du Dr Enver Gurhan Kılınç qui, à l’Université de Toronto, a créé un nouveau système de détection des maladies infectieuses d’origine bactérienne.

En effet, ce dernier a développé une micropuce permettant aux médecins de traiter plus rapidement les infections bactériennes en identifiant les bactéries résistantes aux antibiotiques ainsi que les virus en mesure de les détruire (les phages). Dans ses recherches, le scientifique turc, aujourd’hui établi au Canada, s’est donc penché sur l’intérêt des bactériophages, c’est-à-dire les virus naturellement présents dans notre organisme qui n’infectent que les bactéries.

Le scientifique a expliqué à l’Agence Anadolu que cette nouvelle technologie allait permettre de réduire les coûts et la rapidité de traitement : « Nos travaux au sein de l’Université de Toronto ont commencé en 2015. Nos études ont permis de diminuer le coût des tests permettant d’identifier les bactéries et les virus capables de les combattre de 20-30 dollars canadiens (de 65 à 97 TL environ) à moins d’un dollar (moins de 3,25 TL). De même, le temps nécessaire à l’examen est passé d’au moins deux jours à seulement 15 minutes ».

Signe de l’efficacité et de l’intérêt de cette découverte, un hôpital de Toronto réalise déjà cet examen à un rythme de 800 fois par jour en moyenne.

Le Dr Enver Gurhan Kılınç a exposé le fait que « Les phages qui luttent le plus efficacement contre les bactéries présentes chez le patient lui sont administrés. La micropuce que nous avons développée permet de déterminer dans les délais les plus courts les phages les plus adaptés contre les bactéries présentes chez le patient ».

Avons-nous là la solution à l’inefficacité croissante des antibiotiques ? Le scientifique semble en être convaincu : « Ce traitement est une méthode moins coûteuse que les antibiotiques et plus efficace ».

Camille Saulas

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *