Découverte, Tourisme

Le Canyon de Saklıkapı : nouvelle proie touristique, à l’instar de l’environnement

Une nouvelle fois, la rhétorique dominante de la patrimonialisation selon laquelle il faudrait donner un accès direct aux touristes à toutes les découvertes — discours largement produit par des valeurs d’identités culturelles —, à savoir que chacun d’entre nous aurait de plein droit accès à la richesse de ce monde, semble mettre grandement en danger un canyon découvert récemment de Turquie.

Le canyon Saklıkapı (« la porte cachée ») est situé dans le village d’Akuşağı, dans la province orientale d’Elazığ (district de Baskil). A partir du lac Karakaya, il s’étend sur 2,5 km de long et a une profondeur de 200 mètres. Il a été découvert par hasard il y a quelques mois par un habitant de la région, Fathi Ak. Il a particulièrement suscité la curiosité du fait de sa richesse en florale et faunique.

Un fort potentiel touristique donc pour les autorités qui ne se posent toutefois pas la question des conséquences écologiques, et ne s’interrogent pas sur la préservation du site, préférant y voir les gains économiques et politiques d’une telle découverte.

La beauté au service du capital

« Ce canyon est une beauté naturelle. Il représente un très grand potentiel pour le tourisme en Turquie et à Elazığ. Au vu de ses caractéristiques, ce canyon constitue l’un des principaux canyons du monde, et l’un des plus importants de Turquie. C’est un très jeune canyon en termes de formation ; vous pouvez facilement y aller à pied. Les sentiers sont très propices à la promenade. L’un des canyons les plus attrayants de Turquie en termes de beauté naturelle et de mécanismes de formation est maintenant accessible à Elazığ », a déclaré Dr. Taner Sengün, géologue et professeur à l’Université Fırat Elazığ, qui a examiné le canyon après sa découverte.

Taner Şengün a également souligné que le canyon, qui n’était pas connu des habitants il y a encore quelques mois, est une nouvelle découverte importante en terme de géographie dans une région qui peut être découverte plus en détail en créant de nouvelles routes en direction de la grotte Karanlık, du canyon de Karaleylek et du district de Keban, et en créant de nouveaux projets touristiques.

Muzaffer Siler, également professeur à l’Université Fırat Elazığ, a quant à lui souligné que ce canyon était unique dans l’est de la Turquie du fait de sa structure. « Nous avons eu l’occasion d’explorer le canyon de bout en bout. Il a un terrain praticable à pied. Il se compose de deux parties. L’une mesure 600 à 700 mètres et l’autre mesure environ deux kilomètres. Au début, le fond du canyon est large, puis il se rétrécit et ses murs deviennent plus escarpés », a déclaré Muzaffer Siler.

Ainsi les touristes seront ravies de pouvoir y venir sans effort (retirant sans aucun doute le charme de ce site), prendre une magnifique photo Instagram pour le plus grand bonheur des futurs actionnaires du site touristique.

Alexandre Gassier

 

1 Comment

  1. Aubry

    Hélas les touristes n’ont aucun respect … papiers sales – tronçons de maïs dans les fontaines et j’en passe – c’est lamentable – il faut protéger les monuments et autres curiosités ( constatations à Istanbul)
    Félicitations pour les rénovations – superbe !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *