Culture, Découverte, Tourisme

Cappadoce : De nouvelles villes souterraines à découvrir

Toute personne ayant eu la chance de découvrir les beautés extraordinaires de la Cappadoce s’est certainement rendue dans l’une des villes souterraines de la région telles que Derinyuku, ou encore Kıratlıoğlu. Mais la Cappadoce  n’a pas fini de nous surprendre et de nous émerveiller. Si plus de 200 villes souterraines ont été répertoriées dans la région, 12 seront ouvertes prochainement au public alors qu’aujourd’hui seulement cinq peuvent être visitées.

L’Agence Anadolu rapporte que 12 des 15 villes souterraines de la province de Kırşehir, la porte occidentale de la Cappadoce à l’époque romaine, sont sur le point d’être dégagées afin que les visiteurs puissent découvrir ces cités utilisées par les chrétiens comme lieux de refuge et de prière.

Actuellement, des aménagements ont déjà été entrepris dans trois de ces villes afin que les curieux et passionnés d’histoire puissent admirer les meules circulaires qui servaient de portes ainsi que les cheminées d’aération, et qu’ils accèdent aux tunnels reliant les différents étages où l’on retrouve des lieux de cultes, des espèces de stockage ainsi que des étables, des bergeries, ou encore des cuisines, des réfectoires et des pressoirs à vin et à huile.

Le bureau du gouverneur de Kırşehir a fait venir une équipe de la Direction générale de la recherche et de l’exploitation minérales afin de pouvoir par la suite dégager cinq de ces villes souterraines. Après examen de celles-ci, un rapport géologique a été produit. De nouvelles études devraient être réalisées dans sept autres cités souterraines afin qu’elles puissent être ouvertes aux visiteurs.

Eyüp Temur, le directeur adjoint de la culture et du tourisme de Kırşehir, a expliqué à l’agence Anadolu qu’il y a de nombreuses cités souterraines dans la région, car la ville était la porte d’entrée de la Cappadoce durant l’Empire romain. En effet, ces réseaux souterrains servirent de refuge aux premiers chrétiens grecs qui ont fait face aux persécutions de l’Empire romain. Selon les historiens, certaines de ces habitations existaient déjà aux Ve et IVe siècles av. J.-C. Certains auteurs estiment même que les premières villes remontent à l’époque hittite (XIIIe siècle av. J.-C) ou à l’époque de la domination phrygienne (VIIIe siècle av. J.-C.), avant d’être agrandies durant la période byzantine.

Eyüp Temur a annoncé que les villes souterraines de Mucur, Kepez et Dulkardirli ont déjà été ouvertes aux visiteurs, tandis que les travaux de réaménagement se poursuivent pour les autres : « Nous avons désormais trois villes souterraines ouvertes aux visiteurs à Kırşehir : Mucur, Kepez et Dulkadirli.  Mucur compte 16 chambres et étages. Kepez se compose d’une zone plus large d’un seul étage. Dulkadirli prend la forme d’un monastère, avec trois étages et une conception architecturale différente ».

Camille Saulas

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *