Politique

Censure du réseau satellite Türksat

Après la fermeture de sept réseaux de télévision, c’est au tour de Türksat de faire ses au-revoir.

turksat-logo-040214

L’opérateur satellite Türksat a récemment fermé plusieurs chaînes appartenant à des médias d’opposition critiques du gouvernement, leur donnant un mois pour terminer leurs émissions, après quoi leurs contrats seraient terminés.

Türksat a rejoint un mouvement de censure aux motivations politiques d’une ampleur croissante depuis le mois de février dernier. Sont déjà concernées les plateformes de télévision Teledünya, Digiturk, Turkcell TV+ et Tivibu, qui ont déjà fermé sept réseaux d’opposition – Bugün TV, Kanaltürk, Samanyolu TV, S Haber, Mehtap TV, Irmak TV et la chaîne pour enfants Yumurcak TV. Ces mesures interviennent dans le cadre d’une large investigation sur le terrorisme lancé par un procureur public, sans ordonnance judiciaire.

De nombreuses personnalités des partis d’opposition ont dénoncé une tentative du parti de la Justice et du Développement (AKP) pour renforcer sa mainmise sur la justice en vue des élections à venir ce weekend. Le président d’honneur de l’association internationale des Juges (IAJ), Gerhard Reissner, a condamné cette s’est insurgé qu’un mouvement d’une telle ampleur puisse avoir lieu sur simple mémorandum d’un procureur de la République, sans même une décision judiciaire, rapporte BGN News. Il a souligné que l’IAJ surveillait de près le Bureau suprême des Juges et Procureurs (HYSK), soupçonné d’être directement contrôlé par le Ministère de la Justice, violant la règle d’indépendance judiciaire.

« Lorsque l’on aborde le sujet de la Turquie, tous les pays font part de leur inquiétude. J’ai travaillé pour l’Association européenne des Juges, pour l’Association internationale des Juges ; après mes années d’expérience, j’affirme que certaines évolutions en Turquie sont sérieusement préoccupantes. Et ces organisations juridiques que j’ai mentionnées sont tout aussi inquiètes que moi », a conclu M. Reissner.

Les Etats-Unis se sont dernièrement inquiétés de ce mouvement grandissant qui mène des investigations sur les médias d’opposition et se sert des accusations de propagande terroriste pour les faire fermer, regrettant une atteinte à la liberté d’expression. Le Département d’Etat américain a ainsi appelé le gouvernement à se rallier aux principes de la liberté de presse et à respecter la Constitution, « composantes essentielles d’une démocratie saine. Il est important que les points de vues alternatifs soient autorisés en période de campagne électorale », a déclaré un représentant du Département américain au quotidien Sözcü.

La vague de fermeture des médias d’opposition depuis le début de l’année intervient alors que les atteintes à la liberté de la presse se multiplient dans le pays.

Coralie Forget

2 Comments

  1. constant jo

    le dictateur a une conception personnelle de la démocratie, connait il vraiment la définition de ce mot ???

  2. Orhan

    Désinformation,complot,division des peuples et des minorités ,sous tutelle des pays de l’Entente depuis le démantèlement de l’empire ottoman, pour mieux ponctionner leurs richesses ,implication dans tous les conflits et ventes d’armes.On voit le résultat. Un monde sans foi rempli d’hypocrites moralisateurs.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *