Société

Censurée, la série Beş Kardeş réplique avec une critique du palais présidentiel

Diffusée sur la chaîne Kanal D, la série Beş Kardeş (cinq frères), du réalisateur Onur Ünlü s’était attirée les foudres de la censure pour la réplique suivante : « Allah acceptera-t-il le jeûne de ces voleurs ? ». Une phrase qui, pour certains, faisait directement allusion au scandale de corruption de décembre 2013. Non prolongée, la série s’est permis une ultime contre-attaque dans son dernier épisode.

bes-kardes

Dans un épisode de la série Beş Kardeş qui, comme son nom l’indique, raconte l’histoire de cinq frères, les membres d’une fratrie rendent visite en prison à Aziz, l’un des leurs, pour le ramadan. Lorsqu’on lui demande s’il jeûne, Aziz répond : « Je suis à jeun, mon frère, si Dieu l’accepte ». Nazim, l’un des frères, s’emporte alors : « Il l’accepte, mon frère ! Il l’accepte ! Mon frère est en prison malgré son innocence et il essaye de jeûner mais Allah n’accepterait pas son jeûne alors qu’il acceptera celui de ces voleurs ?! »

Un échange qui avait rapidement interpellé les réseaux sociaux turcs qui y ont vu une allusion au vaste scandale de corruption de décembre 2013, ayant été jusqu’à impliquer quatre ministres alors en exercice.

bes_kardes_2

Le passage incriminé.

D’après un article de Nurşen Şentürk sur le site rotahaber.com, dans la version en ligne de cet épisode de la série, disponible sur le site internet de la chaîne Kanal D, le volume sonore baisse brutalement au moment précis où est prononcé le mot « voleur », le rendant presque inaudible.

N’ayant plus grand chose à perdre depuis qu’il a été établi qu’elle ne serait pas prolongée, la série a profité de son dernier épisode pour cette fois s’en prendre au controversé palais présidentiel d’Ankara à travers les répliques « J’ai acheté des tasses qui valent 1000 TL ; les verres en or, c’est à la mode dans le palais. » et « On vit au XXIe siècle et tu parles encore des palais. Quel bête d’homme es-tu ?»

Zehra Bozkurt

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *