Culture, International, Le choix de la rédaction

Charlie Hebdo : la liberté assassinée

Douze personnes ont ce matin perdu la vie lors d’une attaque armée de deux hommes masqués dans les locaux de Charlie Hebo, journal satirique ancré à gauche et créé en 1970. Parmi les victimes : cinq dessinateurs (Cabu, Tignous, Charb, Wolinski et Honoré), l’économiste et chroniqueur de France Inter Bernard Maris, des civils et des policiers.

dessinateurshebdo

Ce journal est issu d’une fusion avec le journal Hara-Kiri, fondé en 1960 par François Cavanna et Georges Bernier alias le Professeur Choron. Cette version disparaît en 1981, faute de moyens, mais réapparaît en 1992, sous l’impulsion de Philippe Val, Gébé, Cabu et Renaud. Édité tous les mercredis, Charlie Hebdo brosse un portrait ironique et critique de la société, sans exclure les thèmes sensibles, ce qui a pu lui valoir de nombreuses critiques.

Disparition de quatre dessinateurs emblématiques

Stéphane Charbonnier, dit Charb, directeur de la publication depuis 2009, avait 47 ans. En 2013, il sort une BD retraçant la vie de Mahomet qui fait polémique. Dans une vidéo, il explique à l’Agence France-Presse que l’intention de ses dessins n’est pas de se moquer du Prophète Mahomet : « On peut parler sereinement de l’Islam en utilisant le dessin (…). Il n’y pas de tabous à caricaturer Mahomet. » Il considérait que le rire était la meilleure façon de combattre l’intégrisme et de faire le jeu d’un Islam apaisé en France. Il était sous protection policière depuis l’incendie des locaux du journal en 2011.

Jean Cabut, dit Cabu, était un dessinateur de Charlie Hebdo ainsi que d’un autre journal satirique français bien connu : Le Canard enchaîné. Il avait 77 ans et avait également participé à des émissions de télévision (Droit de réponse, Récré A2) en réalisant des illustrations en direct.

Georges Wolinski avait 80 ans. Il était entré à Hara-Kiri en 1961, avant de devenir rédacteur en chef de Charlie Mensuel dès 1970, puis dessinateur vedette pour L’Humanité (1974- 1981) et le Nouvel Observateur (1984 -1990). Il reçoit la Légion d’honneur et le Grand Prix du 32ème festival d’Angoulême en 2005.

Bernard Verlhac dit Tignous, avait 58 ans. Il participait à Charlie Hebdo, Marianne, Fluide Glacial, L’Express, VSD, Télérama et l’Humanité.

Philippe Honoré, dit Honoré, publiait deux à trois dessins chaque semaine pour Charlie Hebdo. Le matin de la fusillade, il publiait dans un un tweet un dessin du chef de l’État islamique, Abou Bak Al-Baghdadi s’exclamant pour présenter ses voeux : « Et surtout la santé ! »

Caricatures et polémiques

En 2006, Charlie Hebdo avait été relaxé par la justice suite à une plainte déposée par des organisations islamiques, jugeant insultantes les caricatures de Mahomet publiées dans le journal. Ces dernières avait initialement été publiées dans le journal danois Jyllands-Posten.

jesuischarlie

Dessin de Joep Bertrams

En novembre 2011, un incendie criminel détruit des locaux de Charlie Hebdo, la semaine où il avait été rebaptisé Charia Hebdo en réaction à l’élection du parti Ennahdha en Tunisie. Charb s’était défendu de toute provocation excessive : « On n’a pas l’impression d’avoir fait une provocation supplémentaire. On a simplement l’impression de faire notre boulot comme d’habitude. La seule différence cette semaine, c’est que Mahomet est en couverture et que c’est assez rare de le mettre en couverture ». Ce même jour, une cyberattaque revendiquée par le groupe turc Akincilar, menace le journal : « Vous continuez de maltraiter le prophète Mahomet avec des dessins dégoûtants et honteux en prétextant la liberté d’expression. (…) Nous serons votre malédiction sur le cyberespace. ». Mais aucun lien entre les deux événements n’avait été établi.

L’attaque de ce matin a provoqué un état de choc en France, où des rassemblements de soutien ont été organisés dans plusieurs villes. Les relais sur Facebook et Twitter, sous le hashtag #jesuischarlie font état d’une grande émotion, que nous partageons également depuis la Turquie.

Adèle Binaisse

1 Comment

  1. « Liberté assassinée », et création amputée irrémédiablement de quatre de ses membres les plus engagés dans le témoignage incisif de leur époque. Nous leur en sommes éternellement reconnaissants.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *