International, Politique

Chypre du Nord : la droite nationaliste en tête aux élections législatives

Le parti de la droite nationaliste arrive en tête à l’occasion des élections législatives qui se sont tenues dimanche 7 janvier dans la partie turque de l’île, selon des résultats partiels communiqués hier soir. Le Parti de l’unité nationale (UBP) du Premier ministre de Chypre du Nord, Hüseyin Özgürgün, recueillait dimanche 7 janvier une majorité de voix après le dépouillement de 58% de bulletins de vote dans le cadre des élections législatives. Pour gouverner, la droite nationaliste sera très probablement contrainte de former une coalition. Les résultats officiels définitifs devront être annoncés lundi soir ou mardi matin.

Les premières projections communiquées par les médias chypriotes montrent que l’UBP devrait obtenir 21 sièges sur les 50 que compte l’Assemblée de Chypre du Nord. « Nous sommes actuellement en train de nous préparer pour des jours nouveaux grâce au pouvoir que le peuple a confié à l’UBP », a déclaré le Premier ministre lors d’un discours après l’annonce des résultats partiels.

Le Parti turc républicain (CTP, gauche) arrive en deuxième position selon les premières estimations avec 21% des voix. Il est suivi par le Parti du peuple (HP), ancien négociateur du processus de paix avec la Grèce, qui parvient à recueillir 17% des scrutins et par le Parti démocratique (DP, conservateur) qui obtient 7%.

Le parti de la droite nationaliste, n’ayant pas réussi à rassembler une majorité absolue au sein de l’Assemblée – soit 26 sièges -, devra pour gouverner former une coalition avec d’autres partis. Une alliance avec le CTP est très peu probable, car, contrairement à ce dernier, l’UBP est peu favorable à l’ouverture de négociations en vue d’un processus de réunification de l’île.

Près de 190 551 électeurs étaient attendus dans la journée de dimanche, entre 8 heures et 18 heures, heure locale, dans le cadre des 14es élections législatives de la partie nord de l’île. Environ 379 candidats issus de huit partis politiques différents étaient en lice, sans compter neuf autres candidats chypriotes turcs indépendants.

Ce scrutin anticipé intervient six mois après l’échec des dernières négociations en date pour une réunification de Chypre qui ont eu lieu sous l’égide de l’ONU en Suisse. En cause, le manque de conciliation de la part de la Grèce et de la Turquie. La condition de Nicosie, qui contrôle la partie sud de Chypre, était le départ des 45 000 soldats turcs présents sur l’île. Un préalable rejeté par Ankara qui voulait, de plus, se réserver un droit d’intervention.

Chypre, membre de l’Union européenne depuis 2004, est scindée en deux entre la République de Chypre au sud, qui comprend près de 700 000 habitants, et la République turque de Chypre du Nord. Cette dernière n’est pas reconnue par la communauté internationale et comprend près de 300 000 habitants concentrés sur 38% du territoire de l’île méditerranéenne.

Jean-Baptiste Connolly

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *