International, Politique

Clinton : « C’est la première fois dans [notre] histoire qu’une femme est investie » 

Hier soir, l’émotion était au rendez-vous dans les rues de Brooklyn, alors que la candidate à l’investiture démocrate Hillary Clinton entamait son discours de victoire après avoir définitivement sécurisé sa place dans la course à la Maison blanche. Retour sur le dernier Super Tuesday et sur ses implications.

« La victoire de ce soir n’est pas celle d’une personne, elle appartient à une génération de femmes et d’hommes qui se sont battus et sacrifiés pour rendre ce moment possible », a déclaré l’ex-secrétaire d’État émue.

Première femme investie par l’un des grands partis, Clinton était visiblement fière d’avoir fait l’histoire de son pays, elle qu’Obama avait battu lors des primaires démocrates de 2008. En effet, bien que quelques femmes aient réussi à représenter leur parti aux élections présidentielles [la première étant Victoria Woodhull en 1872], celles-ci provenaient de tiers parti n’ayant su s’attirer qu’une très maigre tranche de l’électorat, et non des deux grands partis démocrate et républicain.

Ce sont ses victoires aux primaires du New Jersey, du Nouveau-Mexique, du Dakota du Sud et de la Californie lors du Super Tuesday d’hier soir qui ont permis à l’ancienne sénatrice de New-York de rafler les 2383 délégués nécessaires pour faire d’elle la candidate démocrate [elle en cumule présentement 2755 contre 1852 pour son rival Bernie Sanders].

C’est au terme d’une campagne acharnée de 14 mois, au cours de laquelle le ton est monté à plusieurs reprises entre les deux démocrates, que Clinton sera formellement investie lors de la convention philadelphienne du Parti démocrate en juillet prochain. Pour sa part, le sénateur Sanders, qui a remporté le caucus du Dakota du Nord, n’a toujours pas abandonné la course, bien qu’il n’ait aucune chance de rattraper l’avance de Clinton.

Après la divulgation des résultats mardi soir, le candidat socialiste a prononcé un discours à Santa Monica durant lequel le nom de sa rivale n’est brièvement ressorti qu’au bout d’un quart d’heure. Les rapports seraient visiblement tendus entre les deux candidats, bien que Clinton aura assurément besoin des supporters du sénateur du Vermont afin de vaincre le candidat républicain à la présidentielle Donald J. Trump.

Dans une tentative de réconciliation, celle-ci a d’ailleurs déclaré : « Je veux féliciter le sénateur Sanders pour son extraordinaire campagne. […] Que les choses soient claires : le sénateur Sanders, sa campagne et le débat vigoureux que nous avons eu sur le salaire minimum, la réduction des inégalités, l’ascenseur social, sont une bonne chose pour le Parti démocrate et l’Amérique. »

Hillary Clinton n’est toutefois pas la seule à vouloir attirer les adeptes de Sanders dans son camp, c’est également le cas de Trump, candidat anti establishment, qui a déclaré hier soir : « Pour tous les électeurs de Bernie Sanders qui ont été laissés dans le froid par un système trafiqué de superdélégués, nous vous accueillons avec les bras grand ouverts. »

Rappelons que la capitale fédérale, Washington DC, doit encore voter mardi prochain. Ce scrutin, sans véritable enjeu, sera le dernier de ces primaires et jettera la voie aux élections présidentielles de novembre 2016. Selon un sondage publié hier par Ipsos/Reuters, Clinton remporterait un duel avec Trump par 10 points d’avance, bien que cet écart ne cesse de réduire.

Yasmine Mehdi 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *