Economie, Société

Collaboration entre la banque européenne et le fonds turc pour soutenir les entreprises dirigées par des femmes

La banque européenne pour la reconstruction et le développement (BERD) et le fonds de garantie de crédit en Turquie (KGF) ont annoncé qu’ils vont travailler ensemble afin d’augmenter le financement pour les petites et moyennes entreprises fondées par des femmes.

L’accord a été signé par le directeur général adjoint du KGF, Caner Teberoğlu, et par le directeur de la BERD pour la Turquie, Arvid Tuekner. Le 10 mai, la BERD a annoncé qu’elle soutiendra toute initiative commerciale initiée par des entrepreneuses avec une somme de 300 millions d’euros.

En Turquie, la population active ne compte que 34% de femmes. Le financement de la BERD est crucial pour les entrepreneuses turques du fait qu’il est difficile pour elles de trouver des sources de financements avantageuses auprès des institutions financières. De ce fait, on constate de la part de ces dernières une tendance à emprunter de l’argent à leurs proches.

Au cours des trois années précédentes, la BERD a soutenu 17.000 femmes de sorte qu’elles puissent soutenir la croissance de leurs entreprises. L’institution leur a fourni des soutiens financiers, des services en matière de conseils et de coaching. De plus, les deux tiers du financement ont été versés aux entreprises qui se situent à l’extérieur des métropoles de Turquie.

Tuekner s’est exprimé sur les objectifs du nouvel accord et le bilan de cette coopération : “Nous mettons beaucoup d’efforts en oeuvre pour nous assurer que nos investissements créent des opportunités pour ceux qui ne peuvent pas accéder facilement à des financements, surtout pour les femmes entrepreneures. Nous avons aidé 17.000 femmes à développer leurs entreprises et ce n’est que le début. Nous avons l’honneur de joindre nos forces avec celles du KGF pour financer davantage d’entreprises créées par les femmes.’’

De surcroit, une nouvelle phase du programme est en train d’être introduite afin que le KGF se charge de l’allègement du risque de prêts aux banques partenaires de la BERD à travers l’absorption d’une partie des éventuelles pertes de leurs fonds qui leur ont été fournis dans le cadre du programme.

Aslınur Karaboğa 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *