Société

Combattre la maladie de Parkinson avec les percussions

Dans la province égéenne d’Izmir, des patients atteints de Parkinson défient la maladie avec des cours de « percussions corporelles » prodigués par un batteur professionnel.

              

Gülnur Uğurlu Kelçe, présidente de l’Association des patients atteints de la maladie de Parkinson qui propose ce traitement, a déclaré à l’Agence Anadolu que les séances hebdomadaires aident les patients à combattre la maladie, et ce de façon effective.

« Nous avons été très heureux d’observer l’évolution des patients après qu’ils aient suivi ces cours qui permettent de travailler la coordination corporelle », a-t-elle déclaré, ajoutant que l’exercice physique était presque aussi important que les médicaments pour traiter les symptômes de la maladie.

La percussion corporelle, inspirée par la musique folklorique de plusieurs pays, consiste à produire des mélodies et des rythmes en utilisant son corps. Selon les experts, ce genre musical a de nombreuses vertus sur le plan thérapeutique, mais aussi psychophysiologique, organique et psychologique, ce qui est particulièrement important pour les patients atteints de Parkinson qui est une atteinte neurodégénérative sous-corticale d’origine inconnue qui entraîne un déclin continu des fonctions motrices. Les symptômes surviennent généralement lentement au fil du temps.

Fikri Yargıcı est le batteur qui dirige ces sessions musicales. Ce dernier explique qu’il fait jouer sept mélodies différentes aux malades en les invitant à utiliser différentes parties de leurs corps, notamment la poitrine, les mains, les genoux et les pieds.

Encourageant les patients à pratiquer ces exercices chez eux, il souligne que, en produisant « de belles mélodies en effectuant les mouvements dans un ordre et un rythme définis, l’amélioration (de l’état des patients) est incroyable ».

Des propos confirmés par les patients, dont Levent Karcı qui explique à l’Agence Anadolu : « Avant la thérapie, j’avais peur de laisser tomber tout ce que je tenais. Après, ma peur s’est apaisée. » Un sentiment partagé par Fuat Şentürk et confirmé par son épouse. « La vie est merveilleuse. Je peux me promener ou voir mon médecin tout seul », a déclaré Fuat Şentürk, avant que son épouse ne souligne que sa démarche et sa prononciation se sont améliorés depuis qu’il suit les sessions de percussions.

Outre la dimension thérapeutique, les patients ont désormais un nouvel objectif : monter un spectacle pour l’année prochaine.

Camille Saulas

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *