Culture

Concours International de Dessins de caricature de la Fondation Aydın Doğan

Ce jeudi 24 octobre, la remise de prix du Concours International de Dessins de caricature de la Fondation Aydın Doğan fut l’occasion de célébrer un autre événement de taille : le trentième anniversaire de la compétition. Cela fait en effet trente ans que ce concours existe en Turquie, donnant la chance à des artistes du monde entier, connus et moins connus, de présenter leur travail à un jury de spécialistes.

caricature

Trente ans en dessins

Créé en 1983 par la Fondation Hürriyet, ce concours prend d’abord le nom, dix années durant, de Concours International de Dessins de caricature Simavi. Né directement de l’impact du coup d’Etat de 1980 en Turquie, il se veut dès ses débuts une plateforme pour la liberté d’expression. C’est Orhan Birgit, ancien ministre du Tourisme, alors nommé Directeur de la Fondation Hürriyet, qui a eu l’idée de ce concours. Après le coup d’Etat de 1980, toutes les associations sont dissoutes et parmi elles l’Association des caricaturistes, qui organisait un concours à Akşehir (Concours International de Dessins de Caricature Nasreddin Hoca). En tant que ministre à cette époque, Orhan Birgit estimait déjà que ce concours avait un rôle majeur pour les relations publiques du pays et pour le monde de la caricature, ainsi qu’un succès international non négligeable. Arrivé à la tête de la Fondation Hürriyet, il propose alors la création d’un nouveau concours de dessins de caricature, qui voit le jour en 1983. La première année, le comité d’organisation reçoit 474 dessins de caricature de 27 pays différents et la première cérémonie de remise de prix a lieu le 27 juin 1983 au Centre culturel Atatürk d’Istanbul. Dix années après, avec le rachat par Aydın Doğan du Hürriyet Daily, les deux fondations fusionnent et le concours prend son nom actuel, puisqu’organisé par la Fondation Aydın Doğan. Depuis près de vingt ans, il continue de se développer, attirant toujours plus de dessinateurs venant d’un nombre croissant de pays.

L’édition 2013

KRZYSZTOF GRZONDZIELKrzysztof Grzondziel

Cette année 842 dessinateurs de 77 pays différents ont participé au concours. Le comité international a évalué 234 dessins de 199 artistes de 43 pays, sélectionnés par un comité de présélection. C’est le 17 juin dernier que les membres du jury se sont rassemblés à Bodrum pour sélectionner le gagnant. Le Comité de sélection, présidé par le tchèque Adolf Born, Chevalier de l’Ordre des Arts et des Lettres de la République Française, était composé de personnalités importantes du monde de la caricature : les turcs Ercan Akyol, Latif Demirci (Gırgır, Hürriyet Daily), Selçuk Demirel (dessinateur turc installé en France qui a notamment travaillé pour Le Monde, Le Monde Diplomatique, Le Nouvel Observateur), Piyale Madra (Milliyet Daily, Cumhurrriyet Daily, Radikal Daily), Tan Oral (Politika, Cumhurriyet, Taraf), les américains Brad Holland (Vanity Fair, The New Yorker, Time, Rolling Stone, The New York Times) et Robert Mankoff (directeur artistique du New Yorker et fondateur de The Cartoon Bank), la canadienne Anita Kunz (Rolling Stone, The New Yorker, Time Magazine, Newsweek Magazine), et l’anglais Ralph Steadman (connu notamment pour sa collaboration avec le journaliste Hunter S. Thompson).

AD2013 - 2.LIK ODULU - ASUMAN KUCUKKANTARCILARAsuman Küçükkantarcılar

La soirée, qui s’est tenue au Centre des Congrès de l’Hôtel Hilton, a été l’occasion de voir une rétrospective du concours en dessin, puisqu’une exposition présentant les gagnants des années précédentes avait été installée. Lors de la remise des prix, une introduction sur « Comment produire un dessin de caricature en huit leçons » a été proposée par le dessinateur Peter Nieuwendijk, ainsi qu’un discours énergique sur la caricature par le membre du jury Ralph Steadman.

Pol Leurs

Pol Leurs

Ce concours, qui est ouvert aux professionnels comme aux amateurs de tous les pays, laisse un libre choix quant au sujet du dessin. Le premier prix a été remporté par le Polonais Krzysztof Grzondziel, pour un dessin représentant un soldat amputé au milieu de deux statues grecques et se voulant un message exprimant les dégâts de la guerre. Récompensé par la somme de 8000 $, Krzysztof Grzondziel s’est également vu remettre une plaque du ministère de la Culture et du Tourisme, partenaire du concours. Le deuxième prix a été remporté par la dessinatrice turque Asuman Küçükkantarcılar, et le troisième prix par le Luxembourgeois Pol Leurs. En plus de ces trois dessinateurs, douze autres ont été récompensés par un « prix du succès » (Başarı ödülü).

 

Amandine Canistro

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *