Société

Les conditions de vie des animaux au cœur des débats en Turquie

Une nouvelle loi devrait voir le jour en Turquie, interdisant la vente de chats et de chiens en animalerie.
Un projet de loi vise à interdire la détention de chiens et de chats dans les animaleries dans le but de les vendre. Désormais, afin d’éviter les mauvaises conditions dans lesquelles vivent les animaux dans les animaleries, les personnes voulant s’offrir leur compagnie devront les choisir sur catalogue. Cette loi ne s’applique pas aux poissons ni aux oiseaux. En attendant que la loi soit validée, les animaux continuent de vivre dans les animaleries dans des conditions souvent inadmissibles.

Cependant, les critiques concernant ce projet de loi sont nombreuses. Les opposants au texte demandent tout bonnement l’interdiction des ventes d’animaux. Ils dénoncent également l’augmentation de l’élevage illégal d’animaux et de la vente clandestine.

Barış Şengün, représentant de la Confédération des droits des animaux à Istanbul, a indiqué que la nouvelle loi entraînera une hausse de la vente clandestine d’animaux et émet des doutes quant à l’idée que les producteurs puissent être inspectés correctement dans la mesure où il y existe déjà des problèmes avec le contrôle des refuges et des animaleries, liés aux municipalités.

Si la loi passe, les animaux devront être élevés dans des sites adéquats, avec lumières et températures appropriées. Néanmoins, on ne peut être sûr que les conditions seront respectées ou non.

Hülya Yalçın, avocate à l’Association du Barreau d’Istanbul, a ainsi déclaré : « La vente d’animaux devrait être complètement interdite. Il ne devrait pas y avoir de ‘vente via catalogue’. Nous ne connaissons pas le type d’environnement où les animaux seront élevés. L’importation d’animaux en provenance de l’étranger devrait être aussi interdite. En revanche, l’adoption d’animaux abandonnés devrait être encouragée ».

Selon la loi, tous les chats et les chiens achetés devront avoir des passeports et seront enregistrés dans une base de données du ministère dans les 15 jours qui suivent la date de leur adoption. Ils devront être dotés d’une puce qui contiendra toutes les informations nécessaires concernant l’animal et son propriétaire. De ce fait, si les propriétaires abandonnent leurs animaux, ils pourront être identifiés et condamnés à payer une amende.

Le projet de loi prévoit également l’interdiction des delphinariums qui représentent une importante attraction touristique en Turquie, mais qui sont également pointés du doigt en raison des conditions de captivité de leurs animaux.

Solène De Faria Conto

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *