International, Politique

Conférence de presse conjointe entre Yıldırım et Biden

En visite en Turquie, Joe Biden, vice-président des Etats-Unis, a rencontré le Premier ministre Binali Yıldırım. A l’issue de cette rencontre, les deux leaders se sont exprimé lors d’une conférence de presse conjointe.2016-08-25 12.57.22Déclarations de Joe Biden

« Nous avons donné un message avec ma visite. En tant qu’allié, je peux dire que les EtatsUnis soutiennent toujours la Turquie. Si le peuple et le gouvernement turc souhaitent une quelconque aide, nous y répondrons. Nous allons continuer de défendre la démocratie. Les Etats-Unis ont immédiatement condamné la tentative du coup d’Etat du 15 juillet. Obama est l’un des premiers leaders a affirmé son soutien à la Turquie ».

« Nous n’avons pas pu comprendre la gravité des évènements »

« Nous n’avons pas pu comprendre la gravité des évènements. Nous avons admiré le courage du peuple turc. Il a essayé de protéger sa démocratie. Nous souhaitons une nouvelle fois présenter nos condoléances à Monsieur le Premier ministre et au peuple turc. J’entends dire que les américains seraient au courant (de la tentative du coup d’Etat) ou qu’ils auraient coopéré (avec les putschistes). Les Etats-Unis n’avaient absolument pas d’information à l’avance. Nous n’avons en aucune façon soutenu cette tentative de coup d’Etat. Nous l’avons immédiatement condamné ».

« La Turquie n’a pas d’autre meilleur ami que les Etats-Unis» «La Turquie n’a pas d’autre meilleur ami que les Etats-Unis. Nous sommes toujours ensemble pour les valeurs communes. Nous sommes en coopération avec les responsables turcs pour vous amener les responsables de la tentative de coup d’Etat. Je comprends la colère de la nation turque; vous pouvez être sûr que le processus continuera. Nous allons coopérer avec le gouvernement turc. Aucun pays ne peut tolérer une chose pareille. Il faut présenter ces documents aux tribunaux américains. Nous pouvons de cette manière renvoyer Gülen. Nous ne pouvons en aucune façon protéger une personne qui porte préjudice à notre allié mais nous avons l’obligation de respecter les lois ».

« Les forces de la coalition continueront de frapper Daesh »

« Les forces de la coalition continueront de frapper Daesh. Nous allons travailler pour trouver une voie de solution politique permanente à la question. Je vous remercie pour avoir accueilli plus de 3 millions de réfugiés. YPG et les forces syriennes ne doivent en aucun cas passé de l’autre côté du fleuve (Euphrate), faute de quoi ils n’auront pas le soutien des Etats-Unis. En tant que les Etats-Unis et la Turquie, nous allons continuer de parler avec les leaders chypriotes. Nous avons également discuté au sujet d’assurer la sécurité énergétique dans la région ».

Déclarations de Binali Yıldırım

« Nous avons eu l’occasion d’échanger sur plusieurs sujets notamment la tentative sanglante de coup d’Etat du 15 juillet. La Turquie et les Etats-Unis ont des relations enracinées. Nous ne devons absolument pas permettre que ces relations se détériorent. Si le processus d’extradition du leader de la FETÖ pouvait être accéléré afin qu’il soit sanctionné dans notre pays et si notre coopération continue à accroitre, la désolation et la déception de la nation turque prendra très rapidement un aspect positif. Nous avons martelé notre détermination dans la lutte contre le terrorisme. La situation en Syrie n’est pas agréable. La Turquie a accueilli plus de 3 millions de personnes. Mais cela n’est pas une situation durable. Nous avons deux sensibilités. La première est la protection de l’intégrité territoriale de la Syrie. La Turquie n’accepte absolument pas un Etat kurde au sud. La deuxième est la représentation de tous les groupes ethniques en Syrie ».

« Les éléments du PYD/YPG ne pourront pas être présent à l’ouest de l’Euphrate »

« Il y a un sujet sur lequel nous avons convenu avec les Etats-Unis. Il s’agit du PYD qui ne doit absolument pas avancer à l’ouest de l’Euphrate et entreprendre une quelconque action ici. Nous avons vu une nouvelle fois la détermination des Etats-Unis à ce sujet et les éléments du PYD/YPG ne pourront en aucune façon montrer une existence à l’ouest de l’Euphrate. Notre approche générale concernant le PYD et le YPG est comme ceci : nous savons que ces groupes sont superposé et travaillent ensemble avec le PKK. Même si ces groupes semblent être utiles dans la lutte contre Daesh, les Etats-Unis doivent savoir qu’une organisation terroriste peut en fin de compte être éliminé par une autre organisation terroriste mais après il faut savoir que cette dernière sera un problématique plus tard ».

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *