Economie, International, Politique

Congrès Mondial de l’Énergie : la triple entente

Le Congrès mondial de l’Énergie a débuté le 9 octobre dernier à Istanbul et se terminera le 13 octobre prochain. Plus que l’accord Turkstream, largement commenté par la presse internationale, c’est peut-être la réunion des présidents Erdoğan, Poutine, et Aliyev à l’événement qui devrait inviter à la réflexion, alors que ce Congrès mondial ne précède que de quelques mois l’exposition universelle à Bakou, elle-même consacrée à l’énergie. En marge du projet Turkstream, dont le projet a été officiellement validé par les présidents russe et turc, la présence azerbaïdjanaise pourrait laisser profiler une coopération énergétique et économique inédite pour les pays concernés.worldenergycongress_2016Vers un nouvel axe énergétique ?

L’événement de ce Congrès de l’Énergie 2016 aura donc été l’accord intergouvernemental décidé par la Russie et la Turquie sur la construction d’un gazoduc reliant les deux pays via une construction sous-marine traversant la mer noire. C’est le fameux projet « Turkstream » devant être entrepris par la compagnie russe Gazprom dont la mise en chantier avait été ralentie l’an dernier par la destruction d’un jet russe par l’armée turque. Un incident dont les conséquences diplomatiques semblent aujourd’hui s’être estompées en faveur d’un contrat que la Russie comme la Turquie ne pouvaient pas se refuser.

Avec la volonté de l’Union européenne de réduire sa dépendance au gaz russe – marquée par un refus de l’UE envers un projet de pipeline reliant la Bulgarie et la Russie au lendemain de la crise ukrainienne de 2014, la Russie se devait d’investir dans un projet d’exportation énergétique rentable. Avec Turkstream, cet espoir redeviendrait donc possible. Tandis que la Turquie pourrait quant à elle se présenter comme un fournisseur de seconde main en gaz pour la région voire pour l’UE elle-même si cette dernière l’acceptait. Alors que l’horizon 2030 présentera un pic inédit de demande énergétique par rapport aux ressources réelles mondiales en pétrole, faisant ainsi du gaz un secteur d’investissement particulièrement lucratif pour la Russie et la Turquie.

En marge de cette annonce, la tenue de la prochaine exposition universelle de 2017 à Bakou, en Azerbaïdjan, consacrée au thème de l’énergie, et pour laquelle de nombreuses compagnies russes seront à l’honneur, laisse ainsi prévoir une nouvelle ère énergétique irradiant de la Russie vers les pays du Caucase. En cela même, la photographie réunissant les présidents turc, russe et azéri au Congrès Mondial de l’Énergie à Istanbul pourrait annoncer l’avènement historique d’un nouvel axe énergétique et économique. Une réunion qui n’a pas manqué de faire grincer les dents des opposants et des exilés politiques de ces trois régimes.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *