International

Corée du Sud : l’ambassadeur américain attaqué à l’arme blanche

coree L’ambassadeur américain en Corée du Sud, Mark Lippert, a été blessé à l’arme blanche jeudi 5 mars à Séoul par un militant nationaliste opposé à l’alliance militaire entre son pays et les États-Unis.

Alors qu’il participait à une réunion autour d’un déjeuner à l’Institut culturel Sejong, dans le centre de Séoul, le représentant des Etats-Unis en Corée du Sud s’est fait poignarder au visage par un assaillant armé d’un couteau de 25 centimètres. La police a identifié le suspect comme Kim Ki-Jong, un homme de 55 ans déjà condamné une première fois pour avoir lancé une pierre sur l’ambassadeur du Japon à Séoul en 2010.

Pour l’heure, l’homme a été placé en garde à vue par la police qui cherche à définir le mobile de l’attaque même si la présidente sud-coréenne Park Geun-Hye dénonce déjà une attaque contre l’alliance militaire entre la Corée du Sud et les États-Unis. « Ces faits sont intolérables car il ne s’agit pas seulement d’une agression physique contre l’ambassadeur Lippert mais d’une attaque contre l’alliance entre la Corée du Sud et les États-Unis », a-t-elle déclaré dans un communiqué.

L’agression de l’ambassadeur américain par le militant nationaliste a eu lieu deux jours après les déclarations de la Corée du Nord qui menaçait de mener « des frappes impitoyables » contre les États-Unis et la Corée du Nord. Lundi, l’armée nord coréenne lançait des missiles en mer en direction du Japon, tandis que les deux pays venaient tout juste d’entamer leurs exercices militaires annuels.

Le porte-parole nord-coréen de l’Armée du peuple coréen (KPA), s’inquiétait alors du sort de la péninsule qu’il craignait être « à nouveau à deux doigts du début d’une guerre ».

En 2009, lors d’un sommet du G20 à Londres, le président américain Barack Obama décrivait la Corée du Sud comme « l’un des alliés les plus proches de l’Amérique ». Les relations étroites entre les deux pays souvent contestées par des militants nationalistes, ne datent pas d’hier : en plein contexte de guerre froide en 1950, les États-Unis avaient déjà soutenu sous l’égide de l’ONU la Corée du Sud dans le conflit qui l’opposait à la Corée du Nord, à ce moment là, alliée de la Chine et l’URSS. Pour certains, il s’agit du début d’une véritable tutelle militaire américaine sur le pays qui persisterait toujours.

KoreaDepuis près de cinquante ans, les États-Unis jouent un rôle important dans la péninsule coréenne où ils constituent leur principal partenaire commercial dans le domaine agricole. Sur le plan militaire, quelque 28 000 soldats américains sont encore aujourd’hui basés en Corée du Sud. Le privilège d’extraterritorialité dont ces soldats bénéficient, une sorte de statut les couvrant entièrement de leurs actes délictueux, a déjà fait l’objet de vives critiques après la mise en cause de certains d’entre eux dans des affaires de viols en 2011.

Aurore Cros

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *