Culture, Découverte, Société

Des crânes découverts Göbeklitepe suscitent de nombreuses interrogations

Des chercheurs auraient trouvé des milliers d’os humains et d’animaux dans l’ancienne colonie de Göbeklitepe, dans la province du sud-est de Şanlıurfa, datant d’environ 12 000 ans, laissant penser qu’ils ont peut-être été utilisés comme éléments décoratifs. Parmi les dizaines de milliers d’ossements, les chercheurs ont découvert les restes de crânes humains qui ont été dépouillés de leur chair et sculptés de rainures profondes et droites allant de l’avant vers l’arrière.

Les sculptures sont la première preuve dans les archives archéologiques de la région que les crânes étaient utilisés en décoration. « C’est complètement nouveau ! », a déclaré Gary Rollefson, un archéologue de Washington, qui n’était pas impliqué dans les fouilles.

Dans un article publié le 28 juin dans Science Advances, Gresky et ses coauteurs décrivent trois grands fragments de crâne, chacun de la taille d’une main. Les marques de coupe sur les os suggèrent que quelqu’un a enlevé la chair, puis a sculpté l’os avec des rainures profondes et droites de la face avant vers l’arrière. Dans un des crânes, un trou y était percé, bien que seule la moitié du trou ait été conservé.

« Les sculptures se composent de nombreuses coupures profondes – quelqu’un l’a clairement fait intentionnellement », a expliqué Gresky.

L’attention portée aux crânes fait partie d’une longue tradition archéologique. En revanche, l’article souligne que c’est la première découverte d’un tel phénomène en Anatolie.

Bien que bon nombre de sculptures et de reliefs de pierre de Göbeklitepe se distinguent par leur artisanat – y compris des représentations détaillées d’oiseaux, de prédateurs et d’insectes -, les marques sur les crânes semblent appartenir à un type de sculpture différente et plus grossière.

« Ils ont des incisions profondes, mais mal réalisées. Quelqu’un voulait faire une coupe, mais pas de manière décorative », a déclaré Gresky.

Quel que soit leur but, les sculptures crâniennes sont atypiques, d’autant plus que des dizaines d’autres fragments de crânes ont été trouvés à Göbeklitepe sans aucun signe de sculpture ou de coupe. Cela suggère que ces crânes ont été identifiés après les décès de leurs propriétaires pour une raison particulière.

Les archéologues espèrent trouver plus de fragments de crânes sur le site afin de déterminer si la pratique s’inscrivait dans une sorte de rituel dans la région. En attendant, les crânes sculptés approfondissent le mystère entourant le site.

« Nous espérons que l’échantillon va s’agrandir, mais à Göbeklitepe, toute nouveauté remet en question ce que nous pensions. C’est agréable de trouver ce genre de choses, mais il serait bon de le comprendre aussi », a déclaré Rollefson.

Sara Boudali

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *