Cinéma

Le Crime de l’Orient Express, pas vraiment entraînant

Si on connaissait la version de Sidney Lumet en 1974, cette version moderne du Crime de l’Orient Express de Kenneth Branagh essaye de s’imposer et de remettre au goût du jour l’œuvre d’Agatha Christie.

UN MANQUE DE CRÉDIBILITÉ ET D’AUTHENTICITÉ

Un peu trop américanisé, Le Crime de l’Orient express tente de nous replonger dans l’univers et dans les enquêtes du plus célèbre des détectives, Hercule Poirot, à coup d’images de synthèses, de reconstitution numérisée et d’un casting beaucoup trop hollywoodien.
L’intrigue se déroule dans l’Orient Express où le voyage va être bouleversé par un meurtre. Les 13 passagers sont alors tous suspects et Hercule Poirot est appelé pour résoudre cette énigme le plus rapidement possible.
Pourtant, malgré une reconstitution presque parfaite du célèbre train, les images de synthèses de Jérusalem, d’Istanbul ainsi que des montagnes alentours et du dérapage du train manquent de crédibilité et d’authenticité.

A cela s’ajoute un casting de marque pour une superproduction à l’américaine. Si seul Johnny Depp fait toute la différence et révèle encore une fois tout son génie, Penélope Cruz, ou encore Michelle Pfeiffer ne sont pas à la hauteur des attentes. Tout comme Kenneth Branagh dans le rôle de Hercule Poirot lequel s’apparente plus à un détective Outre Atlantique que Belge. Si les discours manquent de profondeur, ils sont également remplis d’arrogance ; mais ne vous méprenez pas « Hercule Poirot est le plus grand détective du monde ».

UNE MAUVAIS CRU MAIS AVEC CERTAINES VERTUS

Néanmoins, dans un mauvais cru il reste toujours un arrière fond délicieux mais pourtant bien avorté. Ainsi, si ce film se présente comme un Cluedo géant dépourvu de colonel Moutarde, l’intrigue finale surprend et la morale énoncée est plus que convaincante. Pourtant, personne n’avait attendu Hercule Poirot pour discerner et savoir qu’il existe un juste milieu entre le bien et le mal et que rien n’est manichéen comme ce dernier le prétendait. Une leçon à l’eau de rose mais qui contre toute attente fonctionne.

Par ailleurs, ce long métrage semble annoncer la suite de l’œuvre d’Agatha Christie à savoir Meurtre sur le Nil, qui on l’espère ne se transformera pas en massacre cinématographique.

Charlotte Lelouch

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *