Culture, Découverte, Société

Débat littéraire « Dialogues » au lycée Saint Michel – « Étoile distante » de Roberto Bolaño

Ce mardi 27 mars, Ayfer Tunç et Murat Gülsoy animaient un nouveau débat littéraire « Dialogues » autour du célèbre roman « Étoile distante » (en turc : Uzak Yıldız) de l’écrivain Roberto Bolaño. En présence d’un large public, l’événement s’est déroulé dans la salle de théâtre du lycée Saint Michel.

Le débat animé par les deux écrivains Ayfer Tunç et Murat Gülsoy permettait d’analyser autour de ce roman du célèbre écrivain Bolaño, confrontant la relation entre la littérature et le mal de la dictature de Pinochet, les questions fondamentales que se posent les êtres humains. Ces deux écrivains n’examinent pas seulement l’œuvre, ils explorent également le monde de l’auteur, par ses différentes œuvres, la période à laquelle elle fut écrite, mais aussi les événements politiques de l’époque et du monde d’aujourd’hui. Grâce à ce débat approfondi entre les deux écrivains, le public a eu la chance d’assister à une incroyable tempête d’analyse littéraire. Ainsi, la série des débats littéraires « Dialogues » continue de faire parler d’elle.

Ce romain, publié pour la première fois en 1996 et traduit en français en 2002 par Robert Amutio chez Christian Bourgois, est le cinquième roman du célèbre écrivain exilé chilien Roberto Bolaño qui a reçu deux des plus prestigieux prix littéraires d’Amérique latine.

« Étoile distante » est considéré comme un pont entre le roman sorti quelques mois plus tôt, « La littérature nazie en Amérique », et « Les détectives sauvages », qui paraîtra en 1998. Ce roman étrange mêlant histoire et art, raconte le parcours d’un jeune homme mystérieux et séduisant dans son aventure littéraire. C’est donc l’histoire d’un jeune homme qui se présente à un atelier d’écriture à Concepción, dans la province Región del Biobío au Chili, quelques années avant le coup d’État de septembre 1973 et qui assassine plusieurs femmes de son entourage dans des circonstances inimaginables aux mises en scène macabres.

Ainsi, le roman met en scène un groupe d’étudiants qui fréquente deux ateliers de poésie à l’Université. L’un des deux étudiants porte le deuxième nom de famille du président chilien démocrate-chrétien à la succession d’Aylwin en 1994. Par ailleurs, les noms des personnages du roman évoluent à l’exception d’un personnage qui n’est autre que le détective Abel Romero. Le roman tourne autour de la pression que subit l’ami du narrateur, Arturo B, pour faire un roman sur l’histoire véritable de Carlos Ramírez Hoffman qui deviendra alors Carlos Wieder. Quelques mois avant le coup d’État du général Pinochet, à Concepción, le narrateur annonce sa rencontre avec Carlos Wieder à l’atelier de poésie de Juan Stein. Le coup d’État de Pinochet deviendra donc l’occasion de surprendre ses lecteurs par l’art de la cruauté.

Ce roman est un mélange de récit sur le mal et de visions égarées. Nous constatons également que la poésie occupe dans les romans de l’écrivain une place primordiale avec une confrontation entre le réel et l’imaginaire, dans un style que l’on peut comparer à Dante.

Tülin Ağaç

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *