Sport

Décryptage du Mondial Français

Des hauts et des bas, c’est ainsi qu’on pourrait qualifier le parcours des « Bleus » fait d’émotions, d’espoirs et de désillusions. Hier ce n’est pas l’Allemagne qui a gagné, c’est surtout la France qui a perdu.

UNE ENTAME DE COMPÉTITION DE TRÈS HAUTE VOLÉE

Huit buts en trois matches, voici de quoi peuvent se vanter les joueurs de Didier Deschamps, le récit commence bien, on y voit un Karim Benzema puissant et décisif, un Antoine Griezmann plein de promesse et leurs compères à la hauteur du rendez-vous. Comme souvent Mathieu Valbuena impressionne de par ses dribles endiablés et ses centres millimétrés aux cotés d’un Yohann Cabaye tout en sérénité. Outre ce match nul contre l’Équateur, on retiendra ce 3-0 face au Honduras et les cinq buts inscris face à la Suisse.

DES PHASES ÉLIMINATOIRES AU GOÛT AMER

DeschampsTout commence par une victoire difficile face au Nigéria en huitième de finale et tout se termine quelques jours plus tard par une défaite passive face à l’Allemagne. En ouvrant le score d’entrée de match, les joueurs de la « Mannschaft » ont su endormir les coéquipiers d’Hugo Lloris pour le reste de la partie. On a pu apercevoir un Raphaël Varane encore trop juste sur cette tête de Mats Hummels qui vient se loger au fond des filets français, un manque d’expérience sûrement, tout comme pour Paul Pogba. Le milieu de terrain de « La Vielle Dame » – Juventus – entamait cette compétition après deux magnifiques saisons en Série A sous les ordres d’Antonio Conte. On attendait énormément de « La Piovre » comme il est surnommé, lui et ses grandes jambes capables de ratisser un nombre impressionnant de ballons et d’en délivrer tout autant pour ses attaquants à moins qu’il décide de les envoyer lui-même en lucarne. Cependant on a vu hier un Paul Pogba diminué, dans l’ombre, encore trop peureux, inapte à porter cette équipe de France. Alors qui pouvait le faire ? Karim Benzema certainement, mais l’attaquant du Real Madrid s’est révélé d’une lenteur à en faire pâlir les spectateurs. On ne parlera pas des ratés de Patrice Evra ni du coaching quelque peu délicat de Didier Deschamps qui, à l’instar des « Bleus » semble être passé à coté de son match.

DE BELLES PERSPECTIVES POUR CE GROUPE SOLIDAIRE ET VOLONTAIRE

L'équipe d'Aujourd'hui la Turquie devant France/Allemagne

L’équipe d’Aujourd’hui la Turquie devant France/Allemagne

On a du mal à oublier cette atroce coupe du monde de 2010, le comportement de Nicolas Anelka, Jérémy Toulalan ou encore Franck Ribéry. Oui on essaye mais cela reste ancré dans nos têtes comme un trauma d’enfance. On se souvient de Knysna et de cette stupide grève de la part des joueurs refusant de descendre de leur bus, on y voit aussi Raymond Domenech, son impuissance et son charisme frôlant le ridicule. On a honte. Mais s’il est bien une chose dont on peut être fier aujourd’hui c’est que les « Bleus » ont su retrouvé leur aura, leur beauté. Lors du match de qualification contre l’Ukraine en Novembre dernier, on sentait que l’ère était au changement, qu’une nouvelle se profilait peu à peu sous la joie des joueurs et d’un Mamadou Sakho resplendissant. En cette coupe du monde, l’équipe de France a montré de belles images, des rires, des pleurs, des larmes et du bonheur. Un groupe soudé et motivé qui nous a fait vibrer, un groupe qui nous donne toutes les raisons d’y croire pour l’Euro 2016 qu’ils recevront d’ailleurs.

D’ici là, les français peuvent se consoler avec la 101ème édition du Tour de France qui vient de débuter.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *