International, Politique

La délégation de la presse internationale s’est réunie avec la ministre de la famille

A la troisième journée du Programme de la Presse Internationale organisé par la Direction Générale de la Presse et de l’Information (BYEGM) dans le cadre des activités de commémoration du 15 juillet, la ministre de la Famille et des Politiques Sociales, Fatma Betül Sayan Kaya, a été l’invitée d’aujourd’hui.  Mehmet Akarca, directeur générale de la BYEGM, a fait visiter à la ministre l’exposition «le 15 juillet en images» dans le centre de presse, d’art et de culture de la BYEGM. Mme. Kaya s’est intéressé à chaque image et expliqué ce qu’elle a vécu pendant la nuit du 15 juillet. Comme pour chaque invité, M. Akarca a offert également à la ministre une des cartes contenant des fragments de marbre détachés des murs bombardés de la Grande Assemblée Nationale de Turquie pendant la tentative traîtresse de coup d’Etat.La presse turque a servi d’exemple au monde

La ministre turque s’est exprimée à la presse nationale et à plus de 350 journalistes venus de 52 pays dans le cadre des activités de commémoration du 15 juillet. Elle a rappelé que la presse avait été également ciblée par cette tentative de coup d’Etat. Elle a fait savoir notamment que la presse turque avait montré une attitude déterminée et courageuse de manier à servir d’exemple à la presse mondiale.

Mme. Kaya a souligné que les images, composées des photographes prises par les membres de l’Association des Photojournalistes, n’étaient pas des images ordinaires, lui faisant vivre un déjà-vu. «La République de Turquie a vécu l’attaque la plus lâche, le plus terrible de son histoire le 15 juillet. L’auteur de cette attaque, la FETÖ, tente d’induire l’opinion publique internationale en erreur en employant diverses tactiques et ses moyens financiers. La FETÖ est une organisation terroriste aux mains couvertes de sang tout comme le PKK ou Daesh» a-t-elle déclaré. Selon la ministre, il est nécessaire de faire une empathie pour comprendre ce que la nation turque a enduré. Elle a souligné par ailleurs que la FETÖ constituait un grand danger également pour les pays où elle poursuit encore ses activités.

«Le 15 juillet était une épreuve pour le monde entier» a déclaré la ministre qui a manifesté sa déception pour l’Europe et les Etats-Unis qui ont beaucoup tardé à réagir face à la tentative de coup d’Etat et que leurs déclarations du genre «nous observons les évènements» après avoir compris l’échec de cette tentative étaient vraiment triste du point de vue de la démocratie. Elle a souligné que la présence des terroristes dans certains pays européens et ce malgré les informations et documents présentés (pour leur extradition) était également inquiétant du point de vue de la compression de la démocratie.

«Les manifestations terroristes ont été autorisées mais pas ma rencontre avec mes citoyen

Mme. Kaya a évoqué sa dernière visite aux Pays-Bas, avant le referendum du 16 avril, où sa rencontre avec ses compatriotes au consulat turc a été empêché par les autorités néerlandaises. «De nombreux pays européens autorisent les manifestations terroristes, tandis que ma rencontre avec mes citoyens a été empêchée. C’était une honte pour un pays européen tels que les Pays-Bas» a-t-elle déploré.

M. Akarca a exprimé sa grande satisfaction d’avoir accueilli la ministre de la Famille dans le cadre des activités de commémoration du 15 juillet qui ont débuté le 11 juillet sous les auspices de la BYEGM et auxquelles Süleyman Soylu, ministre de l’Intérieur, et Bekir Bozdağ, ministre de la Justice, ont participé pendant les deux premiers jours. S’exprimant en particulier aux journalistes étrangers, M. Akarca a fait savoir que le ministère de la Famille était très ambitieux concernant les aides sociales et qu’un progrès sans précèdent avait été observé dans le cadre de l’Etat social en Turquie pour apporter des aides à de nombreuses sections de la société.  La délégation de la presse internationale a rendu visite au président de l’AFAD

Après avoir rencontré la ministre de la Famille, les journalistes ont ensuite rendu visite à l’AFAD (Agence turque pour la gestion des catastrophes et des situations d’urgence) où ils se sont réunis avec Mehmet Halis Bilen, le président de l’AFAD. Les journalistes ont exprimé leur satisfaction quant aux activités et intérêts de la Turquie vis-à-vis des réfugiés.

 

Partager

  • Facebook
  • Twitter
  • Delicious
  • StumbleUpon
  • Add to favorites
  • Email
  • RSS

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *